La Gestion des Catastrophes à Maurice- La France et COP21


La Gestion des Catastrophes à  Maurice

La France et COP21

(Please, Wait as Uploading is still ON)


Votre Excellence,

Monsieur Laurent Garnier,

Ambassadeur de France,

Rue St, Georges,

Port Louis.


La Planète Bleue est en ébullition face aux misères et défis aléatoires que posent, entre autres, les Catastrophes Naturelles et celles produites par l’homme. L’Humanité entière essaie tant bien que mal de s’adapter contre ces Calamités qui se manifestent en intensités et en  fréquences. Il parait que, dans le contexte de Maurice, les Décideurs Politiques, inclus l’exécutif et le judiciaire, qui ont le mandat d’assurer la Sécurité et la Protection de ceux qu’ils gouvernent, ne font pas leurs devoirs d’après les Conventions et Protocoles Internationales. Les institutions gouvernementales et celles d’outre-mer, les medias, les individus, etc. sont dans ces mêmes draps sales. Ceci est ma conclusion à la suite de mes observations, recherches et études que j’ai effectuées pendant les trois dernières décennies à Maurice, Rodrigues et Agaléga.



Les États des Choses à la République de Maurice


Laissez-moi, Cher Ambassadeur, vous donner un bref aperçu de mes constats et aussi de mes déceptions. Avant de tout commencer, je vous prie de bien vouloir être patient et attentif aux récits qui s’ensuivent. Les raisons principales sont:

  • que vous êtes le dernier recours à qui j’envisage de partager ces informations;
  • j’en ai assez avec les Décideurs Politiques-anciens et nouveaux qui sont en train de badiner avec la vie des 1,263 million d’âmes de ce pays et
  • je suis aussi déçu par les institutions, les  medias et les autres qui ne reflètent pas le sens du devoir envers la population si vulnérable.



L’ancienne  colonie de Maurice est devenue un état souverain et démocratique le 12 Mars 1968. Ce pays est membre formelle de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM/WMO) dès 17 Juillet 1969, c’est-à-dire seize mois après avoir acquis son Independence. A ce jour, cela fait presqu’un demi-siècle de ces deux évènements. Ce pays est, éventuellement, devenu une République à partir de 1992.


Certains disent que le gouvernement de Maurice a réalisé le premier miracle économique durant les années 1980-95, pendant lesquelles j’ai participé activement. Île Maurice était équipée d’un Radar Météorologique à Trou aux Cerfs depuis 1977 jusqu’à son obsolescence vers 2002. Cet outil a, donc, servi la population pendant 25 ans. Mais, depuis 2002 jusqu’à ce jour cet équipement n’a pas été remplacé. L’Île Maurice a vécue 5 Conditions Météorologiques Extrêmes entre 2008 et 2013, dont deux se sont révélées meurtrières. 4 Citoyens de Maurice ont péris noyés pendant L’Inondation du 26 Mars 2008 et 11 autres ont perdus leur vie durant le Méga-Désastre du 30 Mars 2013. A noter, que le gouvernement Japonais a promis un Radar Doppler aux Décideurs Politiques de Maurice suite de l’Evènement Extrême du 30 Mars 2013.


La question est comme suite: pourquoi les Décideurs Politiques n’ont pas pu cultiver une société Résiliente face aux Catastrophes Naturelles tout en prétendant d’avoir réalisé ce miracle économique si souvent mentionné avec vantardise?


La réponse est très claire. Votre Excellence, permettez-moi de tout élucider.

Les Décideurs Politiques de la République de Maurice ne sont mêmes pas au courant des éléments basiques en ce qui concerne la nature des différentes catastrophes. De ce fait, la gestion des Catastrophes est effectuée avec des mesures mal-inspirées et aussi d’une façon erronée et réactive. La volonté politique est léthargique alors que les calamités se multiplient rapidement, fréquemment et en intensité. C’est dans ces contextes, entre autres, que j’ai qualifié  les Décideurs Politiques comme ‘Immatures, Irresponsables et Illettrés en Gestion des Catastrophes’. C’est bien ce que j’ai mentionné dans mon ‘Assessment Report’ du Méga-Désastre du 30 Mars 2013 et que j’ai soumis au Directeur de La Poursuite Publique (DPP) pour les besoins de l’Enquête Judiciaire.



Selon mes observations, études et recherches sur cette partie de l’Océan Indien, les catastrophes Naturelles qui nous guettent sont comme suites:

  1. sècheresse provoquant des vagues de chaleur et résultant en l’insuffisance alimentaire, épidémies, maladies, etc.;
  2. orages, foudres, tempêtes électriques, dépressions, cyclones, pluies torrentielles, inondations- déclenchant d’autres calamités comme glissement de terrain et des coulées de boues ; la destruction des cultures agricoles, des habitations, des bâtiments publiques et privés, des infrastructures routiers et publiques, des réseaux téléphoniques, électrique et de la fourniture de l’eau ; la prolifération des maladies comme la malaria, la diarrhée, la dengue, la méningite et le chikungunia, etc. qui surgissent presqu’automatiquement après les évènements climatiques selon l’OMS;
  3. une recrudescence des nouveaux phénomènes climatologiques tels que Tornades, Vortex, Microclimats, Anticyclones-plus froids et plus intenses générant des vagues dangereuses et changeant l’écosystème marin et la culture de la pêche, etc.; 
  4. la grêle, la neige et le froid extrême sont à considérer sérieusement;
  5. Tsunamis et Activités Sismiques terrestre et maritime résultant en perte de vie humaine et en destruction des vaisseaux, des hôtels, des habitations, de l’écosystème, etc. ;
  6. L’acidification de la mer et la montée du niveau de la mer à partir du Pôle Sud provoquant la salinité des nappes souterraines et submergeant les infrastructures publiques et privées, etc.;
  7. émission des cendres volcaniques et des pluies acides provenant du Piton de La Fournaise à La Réunion, de Kartala aux Comores, de L’Asie du Sud, entre autres;
  8. accélération d’émission de dioxyde de carbone, de méthane et d’autres gaz toxiques affectant la santé humaine et la couche Ozone, etc.;
  9. les bombardements par des météorites, objets et débris provenant de l’espace et
  10. la recrudescence des Rayons Ultra-Violets destructifs pour la santé humaine et pour la nature:-incendies des végétations et dans les champs de canne, etc.    


D’un côté, le Service Météorologique de Maurice a toujours opéré en amateurisme, sauf dans quelques situations. Ce manque de professionnalisme ne permet pas cette institution gouvernementale d’assurer La Protection et La Sécurité de la population, entres autres. Il est vrai qu’il y a un manque de personnel et de formation, mais il y a aussi une absence remarquable d’un Radar Météorologique. Dans cette optique la Service Météorologique de Maurice opère à l’encontre de sa Mission comme établie par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM).    


De l’autre côté, le fonctionnement du ‘Disaster Management Centre’ a aussi été catastrophique; tantôt dirigé par un Secrétaire du Cabinet, tantôt par un commandant de ‘l’armée’. Ces gérants ne sont pas des professionnels en matière, comme recommandée par les divers Conventions et Protocoles  dont le gouvernement de Maurice est signataire.



Prédiction 2007-2012


Monsieur L’Ambassadeur, laissez-moi énumérer les mauvaises gestions des catastrophes à Maurice.

J’avais fait une Prédiction au mois d’Octobre 2006 dans laquelle j’évoquais:

  1. qu’il n’y aurait pas de Cyclone comme ‘Gervaise-1975’, ‘Hollanda-1994’ et ‘Kalunde-2002’ qui visiterait Maurice pendant 2007 à 2012 (les prochains 5 ans) sauf quelques-uns de petite taille et
  2. que les Cyclones nous rendraient visite après 2012.


J’avais transmise cette Prédiction en écrit, en 2007, à Monsieur Suresh Boodhoo, le Directeur d’alors du Service Météorologique de Vacoas. Il m’avait généreusement répondu, dans son courriel, en disant que c‘était une ‘Prédiction très intéressante’. Il m’avait aussi encouragé lorsque je lui avais informé que j’étais en train de faire des recherches intenses sur le Climat de l’Océan Indien et que j’avais décidé d’écrire un livret sur ce sujet pour les étudiants de collège. La raison principale était que le Premier Rapport de l’IPCC ne mentionnait absolument rien sur le Bassin du Sud-Ouest de l’Océan Indien. Les autres éventuels Rapports en faisaient la même erreur, sauf en ce qui concerne l’Hémisphère Nord de notre Océan et des continents.


Arrivé au mois de Janvier de 2011, je décidais de transformer cette Prédiction en un document scientifique par ce que j’avais 100% de conviction sur ce que je prédisais et  que le moment (poste 2012) s’approchait rapidement. J’avais osé être audacieux dans ce sens, heureusement.


J’avais rédigé un document de 38 pages  le 28 MAY 2011 intitulé ‘An Authentic Pleading for an Urgent Campaign on Awareness and Preparedness in View of Mitigating the Impacts of Natural Disasters in the Indian Ocean’. Je l’avais soumis à plusieurs Décideurs Politiques: l’ex-Premier Ministre Ramgoolam, DPM Beeebeejaun, VPM Duval-Leader du PMSD, Hon. P. Jugnauth-Leader du MSM, Hon. Bérenger-Leader du MMM, SAJ ex-Président de la République, Chef Commissaire Claire-Leader de l’OPR, Hon. Von Mally-Leader du MR, Hon. Souprayen Président de l’Assemblée Régionale de Rodrigues et à d’autres personnalités.  


J’avais décrit les défaillances qui prévalent dans les Systèmes d’Alertes de Maurice et avais données des suggestions telles que la réforme totale de Météo Vacoas et de ‘Disaster Management Centre’, entre autres. Je proposais que, vue la position stratégique, Maurice doit avoir sa propre Satellite et doit être au premier plan dans la Météorologie de la région. J’évoquais aussi la possibilité de réclamer une part du Continent d’Antarctique auprès des Nations Unies.


Je mentionnais à la page 36: ‘Your Disaster Management Committee resembles a heavy coal operated train that is moving lamentably and puffing soot and noxious gases in the atmosphere and leaking oil all along the track. It is protocolaire, bureaucratic, unprofessional and slack. It is not a think tank.’                Je disais que: ‘I have a master plan in addressing these issues with perfect DYNAMISM and by providing safety and security to 1.2+m… and by PUTTING PEOPLE FIRST supported by lots of legislations.’


A la page 24 de ce document 28 MAY 2011, j’avais repris ma Prédiction 2007-2012 en mentionnant que les Cyclones et Inondations frapperaient Maurice à partir du Janvier 2013.

  • Le Cyclone DUMILE menaçait Maurice à partir du 01 Janvier 2013.
  • La Pluie Torrentielle du 13 Février 2013 causait des inondations à travers l’ile et
  • 30 Mars 2013 marquait le Premier Méga-Désastre Meurtrier de la République avec 11 citoyens Mauriciens morts noyés.


Trois Conditions Météorologiques Extrêmes se sont manifestées successivement aux premiers mois de 2013. Ma Prédiction 2007-2012 a, donc, été à 100% vraie. Qui dirait mieux? Catastrophiquement, ni Météo-Vacoas, ni le ‘Disaster Management Centre’, non plus les Décideurs Politiques avaient la capacité de faire une prévision à court, moyen ou long terme.


Le fait très intéressant à noter, est qu’aucun de ces Décideurs Politiques n’avait répondu, remercié ou reconnu la plaidoirie que je faisais et je continu à le faire à titre Volontaire et avec des ressources limitées. De plus, aucun des ‘pseudo-conseillers’ ou des secrétaires ou fonctionnaires en poste n’avait accusé réception de mon document. Ce document de 28 MAY 2011 représente aujourd’hui un Document Sacré pour moi, car tous les sujets que j’avais évoqués sont devenus réels. 



Les Décideurs Politiques Précédents de Maurice


Les Serviteurs publiques des trois organes du gouvernement de Maurice: le Législateur, l’Exécutif et le Judiciaire sont impliqués directement ou indirectement dans la Gestion de Catastrophes.

  1. Le ‘Fact Finding Committee’, institué à la suite de l’Inondation Meurtrière du 26 Mars 2008 et qui était présidé par le Juge Domah et soutenu par M. Vagjee-ancien directeur de Météo-Vacoas et  par M. Rosalie-ancien président du Disaster Management Committee, n’avait nullement fait mention de ma Prédiction de l’impact du Madden Julian Oscillation (MJO) dans le Bassin de l’Océan Indien. Ils n’avaient aussi pas repris ma ‘Prédiction 2007-2012’. Mes explications scientifiques prouvent que c’est ce Système Atmosphérique qui a causé les Évènements Extrêmes du 26 Mars 2008, du 13 Février 2013 et du 30 Mars 2013. Lire plus loin:

              http://www.kanhye.com/index.php/9-climate-weather/39-deadly-flood-of-26-march-2008

               http://www.kanhye.com/index.php/9-climate-weather/40-deadly-flood-of-30-march-2013

  1. L’ancien Lord Maire M. Aslam Hossenally n’avait pas pu agréer à ma requête de faire une présentation aux  personnels de sa municipalité sur la Pluie Torrentielle du 13 Février 2013 que j’avais Prédite dix jours en avance. Voir:

http://www.kanhye.com/index.php/disasters/54-ex-lord-mayor-aslam-hossenaly-and-torrential-rain-of-13-february-2013?showall=1&limitstart=

  1. L’ancien Ministre de L’Education, M. Vasant Kumar Bunwaree, n’avait jamais donné son aval pour que je puisse faire ma présentation aux étudiants des collèges sur les Catastrophes Naturelles de L’Océan Indien. Je faisais ma requête depuis 22 Février 2013 une semaine après la Pluie Torrentielle et cinq semaines avant le Flash Flood du 30 Mars 2013. Mon objectif était en même temps de motiver les jeunes à se diriger vers les études pouvant les emmener vers les domaines professionnelles que le pays en manque. Lire plus loin : http://www.kanhye.com/index.php/education/57-ex-minister-of-education-vasant-bunwaree-and-flash-flood-of-30-march-2013?showall=1&limitstart=
  2. L’ancien Premier Ministre, Navin Ramgoolam avait préféré me critiquer dans les medias au lieu de m’écouter lors que je lui avais lancé mon Challenge le lendemain du ‘Torrential Rain’ du 13 Février 2013. D’ailleurs il n’avait jamais répondu aux plus d’une douzaine de documents, lettres, emails ou d’appels téléphoniques que je lui ai envoyés pendant ses 9-10 ans quand il était le Premier Ministre de Maurice. Les ‘pseudo-conseillers’ qui pullulent comme des ‘vautours’ autour du PM, ainsi que ceux qui recevaient mes correspondances, ne m’avaient jamais contacté pour élucider mes informations et Prédictions. Le document de 28 MAY 2011 en est un des exemples.
  3. Etant dégouté par l’attitude négative de l’ancien PM Ramgoolam, j’avais cessé de communiquer avec lui. J’avais préféré sensibiliser les autres Décideurs. L’ancien Speaker de l’Assemblée Nationale, M. Razack Peeroo, n’avait pas, à son tour, répondu à la démarche que je faisais le Vendredi 22 Mars 2013. C’était juste une semaine avant ce Méga-Désastre du 30 Mars 2013. J’avais déjà Prédit cette Condition Météorologique Extrême et j’avais aussi Alerté, dix jours en avance, M. Dunputh, le directeur d’alors de Météo-Vacoas. Je demandais à M. Peeroo, le président d’alors de l’Assemblée Nationale, de rallier tous les parlementaires (du Gouvernement et de l’Opposition) dans le Vagjee Hall. Mon objectif était de faire ma présentation sur le Flash Flood qui s’avançait graduellement vers Maurice. Ce Speaker était, catastrophiquement, resté muet et inactif. Je lui avais soumis un document intitulé ‘Conscience Collective of the Policy Makers’.  Je plaidais dans ceci, pour qu’il appliquât un frein à ce system de mauvaise gestion du ‘Early Warning System’ qui allait vers un crash: ‘ If this trend is maintained, I do not foresee any gold medal or whatsoever this Republic can grab. Therefore Sir, a brake should be applied immediately because the system is cruising towards the ditch.’

http://www.kanhye.com/index.php/9-climate-weather/52-ex-speaker-hon-abdool-razack-peeroo-and-flash-flood-of-30-march-2013?showall=1&limitstart=


Je lui proposais, en même temps, qu’il n’était pas nécessaire d’avoir recours à l’expertise étrangère dans ce cas, la compétence locale étant suffisante (se référant à la mienne). Il n’avait pas pu, malheureusement, empêcher le PM Ramgoolam d’aller chercher l’expertise Singapourienne après l’Inondation Meurtrière du 30 Mars 2013. A savoir, Monsieur GARNIER, que le rapport de ces experts n’a pas jusqu’ à l’heure été rendu publique. Voilà, brièvement la façon aberrante dans laquelle, ceux qui doivent assurer la Protection et la Sécurité de ceux qu’ils dirigent, opèrent. Tout ceci constitue la Violation des Protocoles et des Conventions adhérés par le Gouvernement de Maurice.  


La série des institutions qui n’ont pas profité de ma campagne que je faisais à titre volontaire est longue. Les recteurs des collèges de Rodrigues que j’avais contacté pendant mon voyage en Octobre 2012 était tous d’accords. Ils voulaient avoir l’aval de la directrice du Centre des Ressources Humaines de Mon Lubin. En y arrivant, madame Grandcourt avait renvoyé la balle à monsieur Davis Hee Hong Wye qui était le représentant du ‘Disaster Management Centre’ à Rodrigues. Ce gentleman n’avait rien envisagé pour marquer le ‘13 October Disaster Reduction Day’. A mon étonnement, il n‘avait su prendre avantage de ma rencontre et de ma présence dans son île qu’il prétendait servir. Hélas les insouciants!


Le directeur de La Croix Rouge de Maurice, monsieur Ramnauth, m’avait donné une illusion le 25 Mars 2013. Les 11 citoyens avaient perdus leur vie juste 5 jours après.

Le directeur de Mauritius Institute of Education, monsieur Varma, était resté complètement muet suite à ma requête du 30 May 2013. Par contre, c’est lui qui est responsable de donner des formations aux enseignants qui à leurs tours transmettent la connaissance aux jeunes.


Monsieur Maulloo, le recteur de Rajiv Gandhi Science Centre, n’avait pas pu m’écouter le 31 May 2013.

Monsieur Bhagooli du département des sciences à l’Université de Maurice n’avait pas épaulé ma démarche. Sauf, monsieur Taleb, le recteur de l’Islamic Cultural College m’avait accordé 1 heure et demie de présentation à deux classes d’étudiants le Lundi 25 Février 2013:- 12 jours après le ‘Torrential Rain’ du 13 Février et 34 jours avant l’Inondation Meurtrière du 30 Mars 2013.


Un de mes objectifs a été et en est jusqu’à maintenant que celui/celle qui comprendrait ma présentation aurait la capacité de suivre les évolutions des cyclones, précipitations ou sècheresses. Ainsi, suivre les prévisions de Météo-Vacoas ne serait pas aussi important. Malheureusement, le system d’éducation reste toujours, dans le jargon folklorique, une ‘course des rats’.



Les Décideurs Politiques du Nouveau Régime


J’avais rédigé un autre Document intitulé ‘Mauritius Meteorological Services, Disaster Management Centre and Mauritius Broadcasting Corporation-Worst Institutions; ex-PM Ramgoolam, ex-Speaker Peeroo and ex-Minister of Education Hon. Bunwaree-Worst Policy Makers of Mauritius.’ Le 29 Décembre 2014, je l’avais soumis au Premier Ministre SA Jugnauth, DPM Duval Leader-PMSD, VPM Collendavelloo-Leader-ML, Hon. P.Jugnauth-Leader-MSM et Hon. Dayal-Ministre de l’Environnement/Catastrophes Naturelles.

Un Secrétaire de l’Office du PM m’avait donné un coup de téléphone le Jeudi 22 Janvier 2015 pour m’informer que le PM  ne pourrait pas, à ma demande, me recevoir pour l’instant. Mais, j’avais insisté en disant que j’avais plusieurs sujets à discuter avec lui: concernant le document susmentionné et surtout les 65,000 emplois possibles, entre autres, que j’avais auparavant identifiés. J’avais reçu un courriel le Vendredi 23 Janvier 2015 à la suite d’un Newsletter de mon site web qui concernait les pluies qui s’abattaient fréquemment depuis les dernières semaines et ses impacts sur l’Océan Indien. J’expliquais dans cet article comment les Systèmes Atmosphériques se fusionnent dans le Sud-Ouest de l’Océan Indien causant des Conditions Extrêmes sur les Iles Mascareignes. Ce message du PMO m’informait que mon courriel était retransmis au Ministère de l’Environnement pour prendre les actions.


[from: private office This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

subject: Fusion of Atmospheric Systems And Heavy Rainfalls in the Southern Indian Ocean-December 2014

date: Fri, 23 Jan 2015 07:50:55 +0000

to: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. <This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.>


Dear Sir,

I am directed to acknowledge receipt of your email dated 20 January 2015 addressed to this Office and wish to inform you that the matter has been referred for consideration to the Ministry of Environment, Sustainable Development and Disaster and Beach Management which is responsible for Disaster Management.

Yours faithfully,

K. Seetahul (Mrs)

for Secretary to Cabinet and Head of the Civil Service.]



Je n’ai jamais reçu aucune autre communication ensuite que ce soit de la part des Politiciens ou des institutions Mauriciennes.


http://www.kanhye.com/index.php/9-climate-weather/58-fusion-of-atmospheric-systems-and-heavy-rainfalls-in-southern-indian-ocean-december-2014



Ministère de l’Environnement/du Développement Durable/la Gestion des Catastrophes.


Les faits et évènements les plus déplorables que j’ai vécus, parviennent du Ministre de l’Environnement, Honorable Dayal. J’avais soumis le Document de 29 Décembre 2014 en main propre à une de ses trois secrétaires et en présence de deux de ses trois ‘garde-corps’. Une autre secrétaire m’avait appelé par téléphone pour un rendez-vous avec le Ministre prévu pour Jeudi 08 Janvier 2015. Aussitôt arrivé à ce bureau ce jour-là, j’avais demandé à la secrétaire si mon Document concerné a été bien reçu et remis au Ministre. A ma grande surprise, la secrétaire m‘avait informé qu’elle ne connaissait rien à propos de ce document et elle n’avait pas pu le tracer malgré tous les efforts qu’elle avait faits auprès de ces collègues. Elle m’avait ensuite demandé si je pouvais soumettre un autre exemplaire. Sa requête m’avais rendue furieux et j’avais répondu-NON!  Je lui avais expliquée que ce document m‘avait couté très cher en terme d’impression (en couleurs), d’énergie, de temps consacré dans les recherches et de sacrifice. Finalement, je lui avais donné l’original du document qui était avec moi en insistant qu’elle en fasse une photocopie en couleur.

Malheureusement, le rendez-vous était renvoyé par ce que le Ministre Dayal devait se déplacer pour une cérémonie dans sa circonscription. Une autre secrétaire m’avait donné un autre rendez-vous pour Lundi 12 Janvier. Lorsque j’y étais arrivé ce jour-là, le Ministre Dayal s’était rendu aux Casernes Centrales pour superviser le ‘Disaster Management Centre’ par ce que le Cyclone Bansi menaçait Maurice. C’était la fin de toutes me démarches pour partager, comme un Patriote, mon expérience et mes informations.


A noter qu’aucun autre politicien m’a contacté pour m’écouter et/ou soutenir mon ‘Cheval de Bataille’. Pourtant, j’envoie régulièrement mes Newsletters au PM, DPM Duval, VPM Collendavelloo, Hon. Pravind Jugnauth, Ministre de l’Education-Hon. Dookun-Luchmun, au Central Water Authority, Water Research Unit, Mauritius Broadcasting Authority, etc. A noter que Messieurs Duval et Pravind Jugnauth lisent mes articles, mais ils n’ont jamais réagis.


Monsieur l’Ambassadeur, mes objectifs pour vous raconter tout ceci sont:

  1. de vous démontrer jusqu’à quel point je me consacre, nuit et jour, pour partager et disséminer les informations, souvent uniques, auprès des membres du Gouvernement, des institutions malgré les ressources limitées;
  2. de montrer les efforts que je fais pour l’Education, la Sensibilisation, la Sécurité et le Bien-être de la population innocente/mal éduquée et
  3. de faire avancer la construction d’une Société Résiliente en face des nombreuses Catastrophes qui prolifèrent sous le nez des Décideurs impuissants/ignorants.


Malheureusement, je suis confronté perpétuellement par des obstacles, blocages ou sabotages. Ce qui s’est passé au niveau du Ministère de l’Environnement est un exemple concret de ce que les fonctionnaires font pour éliminer mes interventions auprès des Décideurs Politiques et des institutions. Ce sont des épisodes que j’ai vécus durant ces deux décennies ou plus. 


Il est très important, à ce stade, de vous donner un autre exemple comment je suis écarté par les Décideurs Politiques et les ‘pseudo-conseillers’ et fonctionnaires qui entourent le Ministre Dayal. J’avais une conversation téléphonique avec Monsieur Sobaduth qui est responsable de la section Environnement/Climat. Je lui informais que je voulais participer dans les conférences/ateliers concernant l’environnement, le climat, le temps et l’eau. Mon but était de partager mes informations, observations et recherches que je rencontrais. Il m’avait demandé, à la suite, de lui faire parvenir une lettre dans ce sens. Je l’avais fait le 16 Octobre 2013.


Le Ministère avait organisé une conférence au Gold Crest Hôtel-Quatre Bornes du 18 au 22 Novembre 2013. Lorsque j’avais téléphoné au ministère pour savoir la raison pour laquelle je n’étais pas convié, les fonctionnaires  me répondirent en disant que la conférence était destinée ‘high level’, malgré mon enregistrement. Les activités ont succédées les unes après les autres, sans que je ne reçoive une invitation quelconque jusqu’à l’heure.


Pourtant et malgré tout, j’avais aussi soumis mon document du 29 Décembre 2014 que les ‘pseudo-conseillers’ et fonctionnaires ont égaré. La raison est claire; c’est que toutes les activités sont organisées dans un cercle fermé ou pour les proches. Peut-être aussi, qu’ils ont peur que quelqu’un d’autre ne marche sur leurs platebandes. Mais la question se pose ainsi, en tenant compte que les conférences/ateliers ont toujours eus lieu depuis des décennies: pourquoi il n’y a pas eu aucune personne de ce clique qui a pu Prédire ou prévoir ces Calamités successives de ces dernières années?  La réponse est que ces fonctionnaires et ‘conseillers-vautours’ sont des gens incompétents, irresponsables, insouciants et ignorants. De ce fait, ils violent tous les Conventions et Protocoles Internationales. Voir article dans mon site web.


http://www.kanhye.com/index.php/disasters/20-ministry-of-environment-workshop18-22-november-2013


Le Ministère de l’Environnement continue d’organiser des séminaires, conférences et ateliers de travail, mais il n’y a eu aucune invitation quelconque dans ma direction.  Le Ministre Dayal s’est présenté à plusieurs reprises à la télévision nationale et aux medias. Il a déclaré qu’il a pris toutes les dispositions en mobilisant les soldats et les machineries pour protéger la population, lors du passage du Cyclone Bansi (12-16 Janvier 2015) et les autres. Son objectif était surtout ceux vivants à Canal Dyot, qui avaient vécus un cauchemar lors de l’Inondation Meurtrière du 30 Mars 2015. Il ajoutait en disant que grâce à ses interventions il n’y a eu aucune perte de vie.  C’est la pure démagogie. La vérité, que cet ex-commissaire de police n’a pas comprise, est que les 11 citoyens qui avaient perdus leur vie le 30 Mars 2013 étaient victimes d’une inondation provenant d’une bande de nuages venant de l’Afrique/Madagascar à très basse altitude, 1-2 km de la surface océanique. Les circonstances étaient exceptionnelles et les impacts étaient extrêmes. Par contre, les circonstances pendant le passage du Cyclone Bansi n’étaient pas similaires. Ni monsieur Dayal, ni Météo-Vacoas n’ont connus cette vérité comme indiquée par NASA et expliquée dans mon site web.


 Voir article: http://www.kanhye.com/index.php/9-climate-weather/40-deadly-flood-of-30-march-2013



Conférence des Parties (COP 21) à Paris


La Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques aura lieu à Le Bourget, Paris du 30 Novembre au 11 Décembre 2015. L’objectif principal de COP21 est que tous les dirigeants du monde exécutent leur volonté de réduire le réchauffement de la Planète Bleue d’au moins de 2 degrés. Que Dayal accomplisse son devoir et ne cherche pas des fonds! Qu’il prenne notes des explications sous mentionnées et qu’il change la vapeur.


Le Ministre Dayal a tout récemment déclaré que la qualité de l’air à Maurice est parmi les meilleurs du monde. Il a dit aussi que l’émission du gaz carbone (C2O) est au niveau bas:-environ 15 ppm.  La question que je l’aurai posée: pourquoi, après le diabète et le problème cardiovasculaire, la maladie respiratoire est en hausse?


Eh bien, sait-il que l’atmosphère globale terrestre a déjà traversé le seuil acceptable et a atteint 401 ppm? J’avais bien expliqué dans mon document que j’avais soumis au Secrétaire Général de la COI, qu’il est inexacte de dire que les pays insulaires ne sont pas responsable du réchauffement de Planète Terre. Monsieur Dayal doit, sans fautes, apprendre les faits suivants:

  1. Maurice et Rodrigues ont, horriblement, que seulement environ 2% de forêt naturelle, inclus les mangroves. L’érosion du sol, des collines, des montagnes, des rivières, des marécages et des  plages sont donc inévitable. En plus, les émissions de carbone, de méthane et des autres s’accélèrent dans ces conditions.
  2. Les Mauriciens figurent parmi les plus grands fumeurs de cigarette au monde-plus d’un milliard par an.
  3. Des milliards de pétards et de feux d’artifices s’explosent durant les fêtes religieuses et de fin d’année.
  4. La culture d’élevages des animaux, de riz et de la canne à sucre, et l’épierrage des terrains émettent le gaz Méthane CH4 qui est plutôt explosif et plus destructrice que le Dioxyde de Carbone CO2. Selon la FAO, le Carbone émis par l’agriculture, le déboisement et l’usage de la terre, a augmenté de 4.7 milliards tonnes en 2001 à 5.3 milliards tonnes en 2011 (14%), globalement.
  5. Avec un life style ascendant, l’utilisation de gaz Chlorofluorocarbone (CFC) pour les besoins de réfrigération et de ventilation dans les maisons, bureaux, hôtels, voitures et autres augmente tous les jours.
  6. Les déchets domestiques et publics et les centres d’enfouissements émettent principalement le Méthane CH4 tout en réchauffant l’atmosphère locale.
  7. Il y a plus de 475,000 véhicules-2 à 24+ roues, qui émettent le dioxyde/monoxyde de carbone principalement, presque tous les jours.
  8. La rade de Port Louis qui est un hub pour les vaisseaux maritimes, reçoit une centaine de ces bâtiments flottants, petits et grands. Il parait qu’il y a une bonne cinquantaine de bateaux qui jettent l’ancre, en permanence dans le port. D’un côté, ils déversent leurs eaux de ballaste et eaux usées et de l’autre côté ils crachent le carbone tous les jours. Finalement, tout ceci contribue à la pollution et le réchauffement de l’atmosphère. Voir l’image de NASA.
  9. Il y a une vingtaine d’avions qui atterrissent et décollent à l’aéroport de Plaisance tous les jours en fumant les gaz toxiques.
  10. Un hôpital est un lieu où une personne se fait guérir en cas de maladie. L’incinérateur de l’Hôpital Jeetoo de Port Louis, qui se trouve dans une région hautement résidentielle et commerciale, émet régulièrement une épaisse fumée noire et toxique. De plus, il est situé à côté du ‘Chess Clinic’ et du laboratoire médical Sir Edgard Laurent. La pollution des résidences, des bâtiments et des rues est inévitable, à part l’impact désastreux sur la santé humaine.
  11. Il y a plus de 598 volcans actifs dans le monde, dont 82 en Afrique, 236 en Asie inclus 52 en Indonésie qui se trouvent presque tous dans la périphérie de l’Océan Indien. Il y a aussi plus de 30,000 vents et dépressions sous les océans qui émettent les gaz toxiques de Souffre, de Nitrogène, Méthane et autres. Le Piton de La Fournaise qui se trouve à l’Ile Sœur- La Réunion a fait plusieurs éruptions cette année. Depuis la fin de sa dernière phase effusive le 31 Octobre 2015, l’émission de gaz continue, quoiqu’en quantité limitée.
  12. D’après le WMO Green House Gas Bulletin 2009, le réchauffement de la Planète Bleue est causé 63.5% par CO2, 18.1% par Méthane CH4, 6.24% par Oxyde de Nitrogène N2O et les 12% restant par CFC, HFC et HCFC. Il est vrai que les grands pollueurs de Terre Mère sont situés dans l’hémisphère nord, mais le continent Africain détient le record en ‘Global Biomass Burning’ selon NASA 2014. Madagascar est aussi responsable de ce fléau atmosphérique. L’île Maurice est aussi dans le cout.


Laissez-moi, Votre Excellence, citer un autre exemple qui ne respecte pas la diminution de consommation d’énergie. L’ancien PM Ramgoolam avait inauguré la Forêt de Bras d’Eau comme patrimoine national, deux ans de cela. Le Ministère de l’Environnement, en collaboration avec des autres, avait fait ériger une salle verte qui coûte des millions de roupies, avec la sonorisation et toutes autres aménités pour marquer l’évènement. Le PM avait marché sur un tapis rouge pour faire un discours. Il avait marché sur ce tapis pour aller planter un arbuste et ensuite de l’arroser. Monsieur Garnier, la Reine D’Angleterre n’aurait pas fait de cette sorte, non plus l’Empereur Bokassa. N’est-ce-pas là une insulte à Mère Nature et un gaspillage honteux des fonds publiques?


Ce même PM avait jouit la même chose au  village de Morne, à l’ occasion de la première journée marquant la Patrimoine Internationale. Ces ‘pseudo-conseillers’ avaient érigé une salle verte semblable et posé un tapis rouge sur le sol déjà velouté de gazon naturel et de sable pure. Est-ce ainsi qu’on rend hommage à nos ancêtres qui avaient vécus le crime contre l’humanité? Le Ministère de l’Environnement est dirigé par les mêmes fonctionnaires de l’ancien régime. Leur ‘mindsets’ sont restés bloquer et en restera les mêmes, aussi longtemps que des politiciens amateurs existeraient.


Est-ce la bonne gouvernance de cet Etat Providence? Est-ce un développement durable? Est-ce un exemple d’une île moderne? Est-ce une culture de la résilience contre les catastrophes?  Est-ce-que le Ministre Dayal considère-t-il tous ces faits?


A noter que Monsieur Dayal, se présente toujours vêtu en permanence de veste et cravate dans toutes les circonstances-bureau, cyclone, inondation, à la plage ou au jardin. Combien de Carbone produit-il par jour pendant ses déplacements? De plus il est entouré de trois secrétaires et de trois garde-corps à  part de ses fonctionnaires inefficients et ses ‘pseudo-conseillers’. La roue de l’évolution doit tourner dans le bon sens, si non le crash sera inévitable.



Le Document de 16 Septembre 2015-MBC


Le deuxième Document que j’ai rédigé cette année-ci s’intitule ‘Mauritius Broadcasting Corporation and Disaster Management in the Republic of Mauritius.’ Je l’ai soumis, le 16 Septembre 2015, au PM SAJ, DPM-Duval, VPM Collendavelloo, Hon. Pravind Jugnauth, Ministre de la Bonne Gouvernance-Hon. Badhain et la Présidente de la République-Son Excellence Dr. Ameenah Gurib-Fakim. J’attends la nomination d’un Directeur General (h/f) de la MBC pour que je puisse en faire la même chose. 


Dans ce Document de 23 pages, j’ai fait un historique de mon parcours de sensibilisation durant ces dernières décennies et les obstacles que j’ai rencontrés. Au départ, j’ai mentionné les suggestions, entres autres, que j’avais faites auprès des anciens Directeurs Générales-Messieurs Madou et Calikan de la MBC:

  • que la MBC est l’institution la plus sophistiquée de l’Océan Indien en termes d’équipements et de technologies audio-visuelles ;
  • qu’il est grand temps de réserver une chaine de Radio et de télévision pour les besoins de la Gestion des Catastrophes ;
  • qu’il y a trop de ‘jalsas’ et ‘salsas’ repartis à travers toutes les chaines et
  • que cette institution nationale devait faire avancer sa mission à proprement dite.


Comme c’est le folklore dans la mentalité des fonctionnaires arrogants, irresponsables et inefficients, les DGs n’ont pas réagis dans la direction que je suggérais.  Voir les annexes.

L’épisode le plus malheureux était pendant ma campagne de sensibilisation à Rodrigues de 20-24 Octobre 2012. L’ancien PM Ramgoolam qualifiait déjà les journalistes comme des ‘semi-intellectuels’. Quant à moi je dis qu’ils sont plus pires que ceci. Permettez-moi Monsieur l’Ambassadeur de vous décrire jusqu’à quel niveau les institutions et fonctionnaires sont irresponsables dans leur mission d’informer la population qui a soif du savoir et qui doit construire la Résilience face aux Cataclysmes.


Comme je suis un Patriote averti et que j’ai l’habitude d’agir comme un Pionnier dans plusieurs domaines, j’avais pris l’avion de Air Mauritius le Samedi 20 Octobre 2012 pour Rodrigues. 


Mon objectif était de lancer ma campagne de sensibilisation sur le thème de ‘Awareness, Preparedness and Mitigation of Natural Calamities in the Indian Ocean.’ Les raisons étaient comme suites :

  1. étant donné que j’avais Prédit dans mon Document de 28 MAY 2011 que les Cyclones comme ‘Gervaise’, ‘Hollanda’ et ‘Kalundé’ et les Inondations commenceraient à partir de Janvier 2013; donc il était grand temps de sensibiliser la population en commençant par Rodrigues;
  2. de marquer la Journée de ‘13 October Disaster Reduction Day’ comme annoncée par l’UNISDR. Celle-ci n’était, malheureusement, pas marquée par les autorités Mauriciennes;
  3. ma campagne coïncidait avec le dixième anniversaire de l’Autonomie de Rodrigues;
  4. de faire un comeback après huit ans de mon absence dans cette île où j’avais passé au moins dix ans en faisant des activités socio-économiques de 1995-2004.     


Je m’étais installé à l’Hôtel Mourouk dans le sud-est de l’île. J’avais loué une voiture 4x4 chez un ami de Port Mathurin pour faciliter mes déplacements. L’autre raison était de ne pas perdre du temps car je devrais retourner vite à Maurice afin de participer à la Conférence Internationale à Pailles organisée par la Diaspora Indienne. 


J’avais rencontré monsieur ASHOK BEEHARRY, l’officier en charge de MBC Rodrigues, le Lundi 22 Octobre 2012. Arrivé à son bureau à Citronnelle vers 9.30 du matin, je lui avais donné un exemplaire de mon Précieux Document de 28 MAY 2011. Ensuite, j’avais lancé mon invitation à la MBC Rodrigues à ma conférence prévue pour Mardi 23 Octobre à 10 heures dans la salle de l’Hôtel Mourouk. Il avait accepté et avait aussi confirmé qu’il allait envoyer une équipe pour couvrir la conférence en question.


La grande surprise et déception fut que cet ‘apatride’ ASHOK BEEHARRY n’avait pas dépêché ses reporters malgré sa confirmation de la veille et en dépit de mon email un jour avant le programme prévu. Lorsque je lui avais téléphoné ce 23 Octobre pour le rappeler, il m’avait répondu avec hésitation qu’il enverrait une équipe, non de la télévision mais de la Radio Rodriguaise. La MBC Rodrigues était restée absente malgré tous mes efforts.

Voilà, Monsieur Ambassadeur de France, jusqu’à quel point la MBC, qui est une institution nationale et qui est équipée de toutes sortes de sophistications, n’arrive pas à éduquer et assurer la Protection et Sécurité des citoyens. Je peux, à ce stade, dire que ce sont des ‘singes qui sont équipés de rasoir’.   


Monsieur BEEHARRY avait ainsi violé les Conventions et Protocoles Internationales. Il avait de plus:

  1. oublié que je suis un natif de Maurice- donc un citoyen naturel et légitime;
  2. pas compris qu’il reçoit ses salaires ‘princières’ auxquelles je cotise chaque mois sans faute;
  3. nié que j’ai le droit d’être entendu par mon peuple, comme aux moments de télé-dons au profit des peuples de Haïti, Pakistan et Somalie victimes des catastrophes naturelles;
  4. refusé de comprendre que j’avais mobilisé, sans aucun support, toutes mes ressources: laptop, projecteur, téléphone portable, connexion internet, logiciels, billet d’avion, réservation d’hôtel, voiture en location, une bonne douzaine de copies du Document 28 MAY 2011, des documentations et informations, etc.;
  5. pas réalisé que j’accomplissais ma mission comme un éclaireur venu sensibiliser et alerter la population vulnérable, en face des calamités qui rampaient devant la porte;
  6. pas reconnu que j’étais déjà un travailleur social à Rodrigues; 
  7. je commémorais le ‘13 October-Disaster Reduction Day’;
  8. pas comprit que j’étais venu pour célébrer le 10eme anniversaire de l’Autonomie de Rodrigues sur lequel j’avais Prédite et annoncée à la Radio Matinale de l’ile en 1997-98 et sur laquelle j’avais rédigé un document/enquête que j’avais soumis à  l’Université de Maurice en 2002.


Voilà, la cochonnerie d’un fonctionnaire parmi tant d’autres. Après mon retour au pays, j’avais rapporté cette attitude de BEEHARRY à l’ex-directeur général de la MBC, à l’ex-PM Ramgoolam et au directeur de l’Independant Broadcasting Authority (IBA) pour prendre des sanctions contre lui. La réponse, comme vous devrez deviner était : ‘zéro plombage’!

Par contre, j’avais fait ma présentation, le 20 Novembre 2012, aux hauts cadres de ‘Agricultural Research and Extension Unit’ (AREU) à son centre administratif de Quatre Bornes. Les officiers avaient bien compris ma Prédiction de 2007-2012. Ils étaient très surpris de mes convictions sur le Climat. Je leur disais aussi que mon souci principal était  la sécurité alimentaire, en tenant compte des cyclones et inondations qui allaient frapper la porte dès Janvier suivant. J’étais ainsi dans la bonne voie de la sensibilisation, n’est-c-e-pas Votre Excellence?



Les Fonctionnaires de l’Ancien et du Nouveau Régime


Les rôles des fonctionnaires et des ‘pseudo-conseilles’ ont étaient misent en examens depuis quelques années. La preuve est que, plusieurs scandales de grande envergure ont éclatés dans lesquels plusieurs membres du service civil sont tombés dans les filets. Des allégations de corruptions et des fraudes sont devenues des ‘breaking news’ presque chaque semaine.


Ce climat dans la fonction publique est devenu rampant dans presque tous les ministères et institutions-publiques ou parapubliques. Cet envahissement est arrivé jusqu’à un tel point que les membres de la population ont leurs dossiers bloqués. Dans cette conjoncture, ce sont les stations de radios privées qui essayent d’intervenir comme arbitre pour résoudre, partiellement ou totalement, leurs problèmes.


 Ce que je veux expliquer, Monsieur Garnier, est que c’est à travers ces mêmes mentalités de ces serviteurs publics que mes documents, lettres, courriels et appels téléphoniques n’ont pas atteints leurs destinataires. Je vous donne un exemple. C’était une situation survenue au moment que je soumettais, en main propre, mon Document 28 MAY 2011, intitulé «An Urgent and Authentic Pleading for an Awareness and Preparedness Campaign in View of Mitigating the Impacts of Natural Calamities in the Indian Ocean».


En arrivant au bureau d’un ‘Senior Minister’, j’avais remis mon Document à sa secrétaire, un protocole à respecter. Cette dernière, après avoir ouvert l’enveloppe et regarder le document, m’avait demandé ce que j’attendais du Ministre. Je lui ai répondu: madame, est-ce-que le titre ne vous interpelle pas? Elle m’avait répondu négativement. Elle avait ajouté en disant que je devais attacher une lettre au document, au cas contraire le document irait directement dans la poubelle. Oh Seigneur!


Voilà, Votre Excellence, ce sont dans ces mêmes circonstances que ces serviteurs de l’état et ‘pseudo-conseillers-vautours’ accomplissent leur devoir envers les citoyens de cette République. Le nouveau Premier Ministre et son gouvernement opèrent avec ces mêmes têtes, malgré le Vent de Changement ait soufflé le 10 Décembre 2014. J’ai été victime de ces ‘prédateurs’ à tous les niveaux, avec des blocages, sabotages et critiques comme résultats. Il parait que le réchauffement de la Planète a aussi réchauffé la tête de ces décideurs, petits et grands.


      

Les Medias et les Services de Communication de Maurice


Après les élections municipales de Novembre-Décembre 2012, j’avais convoqué tous les journaux et les trois radios privées à une conférence de presse prévue pour 19 Décembre 2012. J’avais loué la salle de Marie Reine de la Paix, juste en face de votre ambassade, équipé de tous les logiciels. Une représentante d’une radio privée était venue, en compagnie d’un autre reporter, pour m’écouter que pour 5 minutes. Alors que j’avais bien précisé dans mon invitation que ma présentation serait d’une  heure et demie. Aucun autre paparazzi n’était présent.


De plus, j’avais préparé des extraits, pour les partager au media, de ‘l’Article 6 de la Convention de Doha’ qui met l’emphase sur l’éducation, la sensibilisation, le rôle des medias, entre autres. Comment peut-on construire une Société Résiliente quand les partenaires multi-structurels n’accomplissent pas leur devoir patriotique et social? N’est-ce-pas là la violation des Conventions et Protocoles?  Lorsque l’ancien Premier Ministre Ramgoolam qualifiait les journalistes comme des ‘semis-intellectuels’, son Ministre des Infrastructures Publiques Hon. Baichoo  les décrivait comme des ‘animaux’, et le Chef de l’Opposition Hon. Bérenger les traitait de ‘mercenaires’. Ils avaient raison et je les trouve pires que ça.


La population de Maurice est d’environ 1.263 million. Il y a 3 million de téléphones portables qui circulent dans ce petit pays. Parmi une des Conventions/Protocoles, une alerte doit attendre les membres de la nation en espace de quelques minutes: 15 minutes dans un cas de Tsunami! Le Mauritius Telecom avait établi cette  communication qu’une seule fois. C’était après l’Inondation Meurtrière de 30 Mars 2013, c’est à dire le 14 Avril 2013, lors du passage du Cyclone Imelda.


Le gouverneur de la Banque Centrale de Maurice avait dit quelques mois de cela, que les Mauriciens ne doivent pas investir dans les ‘smart phones’. Ce pauvre administrateur des euros, dollars, roupies, etc. ne sait pas que les fermiers et les pêcheurs du continent Africain utilisent les ‘smart phones’ pour se connecter aux services météorologiques de leur pays respectif. Il faut que les politiciens amateurs de Maurice copient cette sorte d’Innovation pour les besoins des Développements Durables, tant convoités.

Voilà, le System d’Alerte qui fonctionne dans cette République. Les 70 membres de l’Assemblée Nationale sont incapables de gérer 1.263 million d’âmes, comment peuvent-ils construire la capacité des autres.


J’ai mentionné dans mon ‘Assessment Report’ sur le Méga-Désastre du 30 Mars 2013, que j’ai soumis au Directeur des Poursuites Publiques pour les besoins de l’Enquête Judiciaire, qu’il faudra instituer une enquête sur le Mauritius Telecom. Les raisons sont que cet organisme de communication:

  • n’honore pas les Protocoles et Conventions Internationaux ;
  • est incapable de satisfaire ses clients malgré des annonces répétitives pour les attirer. D’ailleurs ils y a au moins des douzaines de complaintes qui sont faites tous les jours. J’ai moi-même fait au moins une vingtaine de protestations dans l’espace de ces deux dernières années à cause des coupures du service internet et des défaillances techniques et des outils, accessoires, modems obsolètes;
  • est un business très lucratif leurrant surtout les jeunes, au lieu de promouvoir le ‘23 Mars Journée Mondiale de la Météorologie’ dont un des thèmes est ‘Engaging Youth’ et
  • se consacre d’investir plus ailleurs qu’à Maurice.


J’ai aussi répété ces manquements, inclus ceux des EMTEL et MTML, autres services de communication, dans mes Documents de 29 Décembre 2014 et de 23 Septembre 2015.

INNOVATION est devenue une Icône, dans les jargons du développement de presque tous les secteurs de la croissance: économique, sociale, culturelle, politique, scientifique, éducative, informatique et les autres. Le Ministère de TIC a changé d’appellation et de responsabilité dès que le nouveau régime politique s’est installé à Maurice depuis les élections générales de 10 Décembre 2014. La nouveauté est comme suite: Ministère de Communication, de Technologie et d’Innovation (CTI) et aussi d’avoir sous sa tutelle cette MBC notoire et qui avait et continue d’avoir un rôle très controversé.


Ceci peut paraître bien pour certains. Mais, il n’y pas aucune INNOVATION. La seule est, qu’au commencement du règne de ce nouveau régime, c’était Honorable Pravind Jugnauth (SAJ fils) qui avait ce portefeuille ministériel. Par malheur, il ne l’a plus à cause d’une allégation judiciaire de conflit intérêt dans le cas de ‘Medpoint’. Ensuite, ce ministère a été annexé à celui de l’Honorable Badhain, le Ministre de la Bonne Gouvernance. 


J’avais remis en personne, le 23 Septembre 2015, une copie de mon document: ‘Mauritius Broadcasting Corporation and Disaster Management’ au Ministre Badhain. J’avais évoqué les défaillances dans la Mission de cette institution parapublique et aussi proposé plusieurs solutions et des INNOVATIONS. Mon objectif est que, vu que la MBC est la station de télévision/radio la plus équipée doit émerger comme l’institution la plus fiable de l’Océan Indien. Tout est resté lettre morte jusqu’à l’heure, malgré la Bonne Gouvernance si convoitée. La Violation des Conventions et Protocoles dont Maurice est signataire, continue sans cesse. De plus, les mauvais codes d’éthique et de déontologie continuent d’être pratiquer, en dépit de mes protestations.


Voir articles:

 http://www.kanhye.com/index.php/news/17-mbc-unprofessional-unethical-and-anti-patriotic?showall=1&limitstart=

http://www.kanhye.com/index.php/news/16-mbc-professionalism-in-the-media?showall=1&limitstart=



Le Disaster Risk Reduction Management Centre


Le ‘Disaster Management Committee’ (tout court)  était formé à peine une décennie de cela. Au départ, cette institution était sous la juridiction de bureau du Premier Ministre. De ce fait, c’était le Chef du Service Publique et Secrétaire du Cabinet Ministériel qui présidait sur les réunions durant les moments des Cyclones. Monsieur Rosalie était un des premiers d’assumer la présidence. C’est bien lui qui était un des Assesseurs du Fact Finding Committee nommé par le gouvernement suite à l’Inondation Meurtrière du 26 Mars 2008. Il était succédé par Monsieur Seebaluck.     


Ce centre de gestion des Catastrophes, qui est donc un mécanisme gouvernemental, a toujours marqué sa présence après les Calamités. Il opère sur une base ‘ad hoc’ et donc comme une cellule de crise et évidemment pas en permanence.  

Un exemple est le Tsunami de 25 Octobre 2010, lorsque quelques bateaux de pêche à Rodrigues étaient endommagés car l’Alerte n’était pas donnée à la population. C’est ce que j’ai mentionné à la page 2 de mon document 28 MAY 2011 que j’avais soumis aux Législateurs en 2011.


Cette institution est toujours réactive et essaie de mettre le bœuf derrière la charrue, malgré la présence de madame Bellers-experte en la matière!  Je qualifié ce Centre comme un ‘fantôme’, car cette institution jaillit juste après les évènements calamiteuses et les fatalités.

C’est la raison pour laquelle j’avais mentionné dans mon document de 28 MAY 2011 que le ‘Disaster Management Centre’ opère lamentablement comme un train à charbon tout en polluant l’air et le sol.


Il est primordial pour ceux qui gèrent les situations catastrophiques d’avoir la connaissance en différentes Calamités, les risques, d’être prêts à les affronter, de pouvoir mobiliser les ressources, de répondre et éventuellement d’intervenir auprès des ceux qui sont dans la vulnérabilité afin d’atténuer les impacts prévus. L’objectif suprême de ces actions est de sauver la vie humaine, car c’est l’homme qui doit être au centre des opérations.


La Bonne Gestion se fait comme suite:

  1. Il faut regarder droit dans les yeux du ‘Taureau’ pour juger son intention et sa direction. Ceci permet une évaluation préliminaire des risques de la Calamitée en face- Cyclones, Inondation, autres météores, Tsunami, montée des eaux, etc. ;
  2. Il faut donner l’Alerte dans un délai très court à travers: radio, télévision, internet et téléphone portable, haut-parleur, etc. ;
  3. Il faut évacuer les personnes en position de vulnérabilité- les enfants, les malades, les handicapés et les vieux dans un endroit sauf;
  4. Il faut dégager les biens mobiliers-voiture, bateau, nourriture, etc. dans un abri sécurisé;
  5. Il faut être prêt à mobiliser les équipes d’intervention et
  6. De pouvoir agir avec des ressources dans le processus de réhabilitation.


Ceux-ci constituent les basiques d’une façon chronologique et nécessaires dans la gestion des Catastrophes. On ne peut pas contrôler les Forces de la Nature. Mais, on peut atténuer les effets dévastateurs  en  tenant le ‘Taureau par les cornes’. Donc, l’éducation à tous les niveaux doit être faite efficacement. C’est dans cette façon qu’on peut construire une Société Résiliente. Or, ici à Maurice, les autorités ont la tendance de tenir le taureau soit par sa queue, ou par ses pattes ou par son nombril. C’est pour cette raison que je qualifie ce ‘Disaster Management Centre’ comme un ‘fantôme’ qui jaillit toujours après les fatalités. Les évènements récents nous prouvent que les acteurs de ce Centre n’arrivent même pas à apporter les tisanes à temps. Pourtant, une Tisane a son efficacité !


Le rapport de l’UNISDR, Review Mauritius, February 2015, page 56, fait des mentions historiques, entre autres: ‘It is worth noting that prior to 2013, disasters were handled in an ad-hoc manner by structures that were operating only when disasters were about to strike or had already struck.’


Malgré les efforts que font les Décideurs Politiques en adoptant des stratégies ou des législations,  les manquements sont toujours énormes. Les priorités ne restent que dans la vision et dans les projets macro-économiques. L’aspect d’éducation au niveau des individus en général n’existe pas. Or c’est à ce niveau que la Résilience devient plus importante, car c’est le peuple qui doit être au centre et avant tout ‘Putting People First’.  


Je vous pose seulement deux questions simples:

  1. dans quelles directions les vents et le ‘mistral’ soufflent  dans le bassin du Sud de L’Océan Indien?
  2. est-ce-que les ‘amateurs’ du Disaster Mangement Centre, ont-ils cette connaissance?   


Le suivi du Très Intense Cyclone Bansi (12-15 Janvier 2015) m’a suscité beaucoup d’appréhensions. Bansi était un Phénomène qui avait déjà inondé Mayotte et Madagascar, avant de converger vers Maurice.


Le Directeur du Service Météorologique de Vacoas, en tandem avec le Ministre Dayal, avait commis l’erreur monumentale en enlevant l’alerte cyclonique pour Maurice à 3 heures de l’après-midi du 14 Janvier 2015. À ce moment-là, ce Cyclone était dans une autre phase d’intensification. L’œil du cyclone grandissait de 59.2 km à 85.1 km  en diamètre soutenu par des rafales allant de 222.2 kph jusqu’aux 240.8 kph à 8 heures du matin le 15 Janvier. Ces ‘gladiateurs’  avaient mal compris cette phase d’intensification. NASA a expliqué que la partie supérieure de l’œil de Bansi était couverte des nuages. L’imagerie Satellitaire de ce moment montrait le rétrécissement de l’œil faisant croire que le Cyclone diminuait en intensité.


http://www.nasa.gov/content/goddard/bansi-southern-indian-ocean/#main-content


Avoir la connaissance sur les différents systèmes atmosphériques qui prévalent dans le Bassin de L’Océan Indien est primordiale dans la démarche de construire sa propre résilience et aussi de celle des autres.


Haïti était frappé, le 12 Janvier 2010, par un Séisme de Magnitude 7.2 tuant 217,000 personnes, détruisant plusieurs demeures, inclus le bâtiment abritant l’Assemblée Nationale et l’Eglise de la capitale. Le 26 Aout 2010 marquait le décès de 2,000 personnes à la suite de l’Inondation au Pakistan.  A cette époque l’ancien Premier Ministre Ramgoolam avait l’habitude de dire, durant ses discours lors des fonctions religieuses, que l’ile Maurice ne vit pas les périodes catastrophiques, comme Haïti, etc. par ce que les Mauriciens sont un peuple religieux. Les religieux lui donnaient raison. Le public avait cette même croyance en disant qu’il y avait beaucoup de pêchés  dans ces pays. Par coïncidence, le foudre frappait sur la Croix d’une église à Quatre Bornes le 24 Janvier 2011. Les épisodes de 13 Février et 30 Mars 2013 s’ensuivirent.


J’avais préféré rectifier le tir en intervenant en directe à la Radio et la Télévision de la MBC pendant les trois télé-dons sur Haïti, Pakistan et Somalie pour clarifier cette mauvaise conception. D’après moi, ce concept d’immunité à continuer de germer dans le ‘Mind-Set’ des Décideurs Politiques, des institutions et des fonctionnaires. C’est une des raisons valables qui a fait que Le Centre de Gestion des Catastrophes a eu une naissance lente et fragile. Ce Centre est toujours comme un fœtus et est sur le point de subir un avortement! N’est-ce-pas Votre Excellence?


Un ‘Disaster Management Centre’ doit être une institution indépendante. Elle peut être sous la tutelle d’un ministère pour les besoins de l’administration et de contrôle. Mais, ce Centre doit fonctionner sur les concepts de 24/7, à plein temps et d’initier continuellement avec des programmes d’éducation, de ‘capacity-building’, de préparation, des alertes, de mobilisation de toutes les ressources pour faire des interventions avant et après les périodes de Désastres. En d’autres mots, elle doit fonctionner en professionnalisme. 


Malgré que le vent de changement a dut souffler lors des élections générales le 10 Décembre 2014 à Maurice, la croissance de ce Centre embryonnaire est menacée. Les nouveaux Décideurs Politiques ont réduit le rôle de ce Centre en l’intégrant comme un simple département au niveau du Ministère de l’Environnement. Le Ministre Dayal, en ayant des expériences comme un ancien commissaire de police est bon dans la mobilisation des soldats et d’autres personnels pour faire des interventions durant et après les Calamités. Il est bon dans le travail de ‘bulldozer’. Mais, il est lamentablement très mauvais en ce qui concerne l’étape de l’éducation, bien sûr à tout niveau. Il n’a pas la connaissance sur les dynamiques des Systèmes Atmosphériques qui prévalent dans le Sud-Ouest de l’Océan Indien.


L’exemple le plus flagrant est la manière dans laquelle le Ministre Dayal avait géré les situations pendant le passage du Cyclone Bansi Janvier 2015. Le tandem Dayal/Mungra-directeur de Météo-Vacoas avait laissé une empreinte d’amateurisme en ce qui concerne la Sécurité et la Protection des populations de Maurice et de Rodrigues. Ces deux Hauts Responsables avaient enlevé  l’Alerte de Cyclone Classe II à trois heures de l’après-midi Mercredi 14 Janvier 2015. Par contre le Cyclone commençait à s’intensifier à ce moment même.


Le Ministre Dayal avait lui-même mentionné aux medias qu’il n’avait pas pu envoyer sa troupe à Rodrigues par ce que les vols vers et à partir de cette Ile étaient annulés à cause du Cyclone Bansi. Il aurait du savoir et remarquer que ‘ses poulains’ au Météo-Vacoas avaient déjà tracé, quelques jours au paravent, la Trajectoire du Cyclone Bansi en direction de Rodrigues.  Votre Excellence, voilà jusqu’à quel point cet administrateur est ‘Incompétent, Irresponsable, Ignorant’. La Météorologie est une chose professionnelle, et donner des ordres comme un capitaine ou un commandant est une autre. C’est le résultat d’avoir catastrophiquement amalgamer Météo-Vacoas et Disaster Management Centre et L’Environnement. C’est  une conception mal inspirée et mal partie. L’avortement est envisageable.


La série noire a continué jusqu’à maintenant. L’Inondation de 02-03 Octobre 2015 de Rodrigues est un autre épisode malheureux. Le pauvre Service Météorologique n’avait pas pu prévoir ces précipitations de 188 mm en 24 heures. L’Alerte par Météo-Vacoas et  à la radio/télévision a été donnée après les inondations. Monsieur Dayal a même dit que la situation est sous contrôle. C’est une façon de faire croire au petit peuple mal-éduqué et ignorant, que le gouvernement est efficient et offre des mécanismes de Sécurité et de Protection.  Quelle démagogie!


Trois séquences de secousses Sismiques ont été ressenties le Jeudi 22 Octobre 2015 comme suites: Magnitude 5.3, profondeur-10 km à 4.32 heures; Magnitude 4.8, profondeur-20 km à 7.06 heures et  Magnitude 5.1, profondeur-33 km à 11.50 heures. Ils ont  eu lieu le long du Triple Jonction des plaques Tectoniques Antarctique, Australo/Indienne and Afro/Somalienne (qui se déchire en deux). 


Le Ministre Dayal avait convoqué le media dans l’après-midi, plus de trois heures après, le 22 Octobre pour informer à propos des trois secousses Sismiques. Il disait ‘qu’il n’y a pas de problème et que tout est sous contrôle, mais des répliques pourraient se reproduire’. Quelle contradiction et quel conseil d’idiot! Il aurait dû demander, entre autres, aux pécheurs de Rodrigues de sécuriser leurs embarcations, vu la probabilité des répliques.


De l’autre cote, Monsieur Goolaup, un haut responsable de Météo-Vacoas, était aussi présent devant les medias. Il donnait des explications, en disant que les Tsunamis sont impossible, par ce que les secousses se produisaient dans le ‘divergence zone’, i.e. loin des Plaques Tectoniques. Mais, il n’avait pas remarqué que la troisième secousse était produite juste près de la première. Ceci peut nous indiquer que la possibilité de réplique était grande. Donc, dans une conjoncture semblable, il faut toujours demander le petit peuple d’être très vigilant et de prendre les précautions nécessaires.


Une situation semblable avait eue lieu le 25 Octobre 2010, lorsqu’une Alerte de Tsunami était annoncée après plusieurs heures aux habitants de Rodrigues. Entre temps, plusieurs embarcations été endommagés, tout comme à La Réunion. Le VPM Duval, dans l’absence du PM Ramgoolam et de DPM Beebeejaun, avait convoqué la presse en compagnie de M. Seebaluck, Secrétaire au Cabinet et Président du ‘Disaster Management Centre’. Ils annonçaient que l’Alerte de Tsunami était enlevée. En revanche, ils avaient mal compris l’Alerte, dans la quelle mention est faite que les autorités doivent prendre la bonne décision avant de déclarer une sortie de danger.


Habituellement, le dernier paragraphe du bulletin émis par le Pacific Tsunami Warning Center (PTWC) se lit comme suit: NATIONAL AUTHORITIES WILL DETERMINE THE APPROPRIATE LEVEL OF ALERT FOR EACH COUNTRY AND MAY ISSUE ADDITIONAL OR MORE REFINED INFORMATION’.


A noter, que je reçois les alertes de PTWC régulièrement. Voilà, la claire-voyance de ceux qui prétendent d’assurer la Sécurité et la Protection de ceux qu’ils servent.



Le Rôle du Service Météorologique de Maurice et ses Manquements


 La Vision de l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) consiste à «assumer le rôle de chef de file au niveau mondial en matière d’expertise et de coopération internationale dans les domaines du temps, du climat, de l’eau ainsi que pour toutes les questions environnementales connexes et, par là même, de contribuer à la sécurité et au bien-être des peuples du monde entier et à la prospérité économique de toutes les nations».     

Le Service Météorologique de Maurice (MMS), en vertu de son affiliation avec l’OMM depuis 17 Juillet 1969, a le devoir inconditionnelle de faire avancer la Vision de l’OMM.


D’après la Vision du MMS, comme mentionné dans son Chartre, est ‘d’être proactive, hautement efficient et une institution performante’.


De plus, sa Mission est ‘de donner, avec précision et à temps, la prévision du temps et autres produits pour le bien-être des citoyens (de la république de Maurice-Rodrigues, Agaléga, St.Brandon, Chagos et (Tromelin?).


Le Service Météorologique de Vacoas est, ainsi, l’institution nationale ayant la responsabilité de gérer les situations Climatologiques et les autres Calamités qui envahissent le territoire Mauricien. Néanmoins, ce Service Météorologique de Vacoas cache quelqu’une douzaine de lacunes et de manquements, tant en ressources humaines qu’en formation ou en outils ou en logistiques. La bureaucratie, l’arrogance et un comportement laissez-faire, etc. sont quelques items qui demandent une réforme totale. J’ai souvent  mentionné tous ceux-ci aux Décideurs Politiques et aux autres, tout en proposant des solutions. Malheureusement, toutes mes suggestions et toutes mes Alertes sont restées aux oreilles des sourds. Le bilan que je veux vous présenter est vaste. Je préfère référer tout via mon site web- http://www.kanhye.com que j’ai lancé justement deux ans de cela après les sabotages,  obstacles et empêchements que j’ai confrontés.    


La liste des manquements, entre autres, dans la Gestion des Catastrophes Naturelles sur le sol de  Maurice, que j’ai soumise en 2014 à African Ministerial Conference on Meteorology/World Meteorological Organisation (AMCOMET/WMO), et aussi au Secrétaire General de La Commission de l’Océan Indien, va comme suit:


  1. Mal/sous-utilisation des images satellitaires et de radar;
  2. Alerte inefficiente dans l’implémentation de ‘Early Warning Systems’ ;
  3. La bureaucratie-arrogante et non-dynamique ;
  4. L’absence de system de communication/ de dissémination- téléphone (portable/fixe), email, etc.
  5. Non-accès/accès minime à l’information ;
  6. Non-opération de coopération/coordination du réseau intra-régional et international ;
  7. Le rôle indéfini du Disaster Management Centre;
  8. Absence de recherche, de bilan et de risque avant/après les catastrophes ;
  9. Media-radio privée/nationale/ télévision/journalisme somnolent et manque de professionnalisme ;
  10. Inexistence/manque des matières d’éducation pour les jeunes (Engaging Youth) d’après le thème 2014 de L’Organisation Mondiale de la Météorologie (WMO), entre autres.    


Toutes ces failles susmentionnées prouvent qu’il y a Violation des Conventions et des Protocoles Internationales auxquels la République de Maurice a adhérés. En voici  quelques-uns:

  1. Intergovernmental Panel on Climate Change 1990-2012 reports;
  2. Yokohama Strategy for a Safer World 1994;
  3.  Hyogo Framework for Action 2005-2015;
  4. UN General Assembly resolution 55/2 of the Millennium Declaration of 2000 (MDG);
  5. UN Global Survey of Early Warning Systems 2006;
  6. Article 6 of Doha Convention on Climate Change 2012;
  7. World Meteorological Organisation Disaster Risk Reduction Work Plan 2012-2015.


A défaut de ces manquements, c’est un courent de panique qui envahi, perpétuellement, la population pendant les épisodes de Cyclones, des Pluies Diluviennes ou des Inondations. Ces Cataclysmes continuent de se manifester en intensités et en fréquences. C’est ce qu’on appelle le Changement Climatique. Catastrophiquement, les Décideurs Politiques, les Institutions et les Responsables ne peuvent pas s’adapter au changement. Eventuellement, le professionnalisme, l’efficience et l’innovation sont des lettres mortes.


Il est très intéressant de noter que la Journée Mondiale de la Météorologie-23 Mars 2015, dont le thème était ‘Climate Knowledge for Climate Action’ n’avait pas été commémorée par Météo-Vacoas. Ceci est une insulte à l’OMM de Genève, qui a pris cette note. Le professionnalisme est loin d’être réalisé.  



Mes Interactions avec Météo-Vacoas


Laissez-moi Monsieur Ambassadeur, vous décrire comment les différents Directeurs du Service Météorologique de Maurice (MMS) m’ont traité ou reçu durant ces deux dernières décennies. 


Le 17 Mars 1999, j’avais écrit une lettre adressée à l’ex-directeur Monsieur Vagjee pour lui informer que j’allais me consacré, à plein temps, aux travaux de recherche en matière de la météorologie. Je demandais des documentations et aussi une rencontre, soit avec lui ou avec quelqu’un d’autre, pour discuter certains points. Il m’avait répondu avec promptitude en m’envoyant, par la poste, un document intitulé: ‘1999 World Meteorological Day 23 March’.

L’ex-Premier Ministre Ramgoolam avait institué un ‘Fact Finding Committee’ suite aux décès par noyade de 4 citoyens victimes de l’Inondation du 26 Mars 2008. Ce comité était présidé par Juge Domah. C’était bien Monsieur Vagjee qui était un des deux assesseurs, épaulé par un autre assesseur- Monsieur Rosalie qui était l’ex-président du ‘Disaster Committee’ d’alors. Mais, malheureusement ils avaient tous les trois omis totalement mes deux Prédictions: (i) 2007-2012 et (ii) de l’impact du Madden Julian Oscillation (MJO) sur le Sud-est de l’Océan Indien.


L’ex-directeur Boodhoo, dont j’ai évoqué au départ, m’avait encouragé et aussi reconnu mes compétences, soit par email ou par la MBC radio lorsqu’il présentait une émission. Mais, lui aussi avait failli d’agir lorsque je lui avais proposé, depuis 2007 et à plusieurs reprises, de lancer une campagne de sensibilisation auprès des membres de la population qui sont ‘innocents’ ou ‘ignorants’ et donc très Vulnérables.   


Le successeur d’alors, Monsieur Sok Appadu, était le plus encourageant que les autres. Nos interactions ont été fructueuses. Vous devez-vous rappeler que le plus grand Désastre Global envers l’humanité fut le Tsunami du 26 Décembre 2004. Permettez-moi de vous informer que j’avais Prédit cette Catastrophe entre Avril-Mai 2002 lorsque je faisais une enquête sur l’Autonomie de Rodrigues. Le futur Chef Commissaire, Hon. Serge Claire m’avait prêté un livre (une Thèse) de Monsieur Perroud qui décrivait la formation géologique de l’Ile Rodrigues, entre autres. C’était en étudiant ce document que j’avais pu Prédire que la Plaques Tectonique de l’Océan Indien allait bouger en l’an 2005. J’avais déjà averti Monsieur Claire, les autres politiciens et plusieurs personnes de l’ile à cette époque. Ces derniers avez bien reçus mon message et ont toujours démontré un respect envers moi. La vérité était que cet évènement se manifestât 6 jours avant l’an 2005, c’est-à-dire le 26 Décembre 2004. D’ailleurs j’avais la chance de témoigner l’arrivée des vagues (1-1.5 mètres) de Tsunami vers la mi-journée du 26 Décembre 2004 à la plage d’Anse La  Raie, près de Cap Malheureux.

C’était grâce à Monsieur Sok Appadu que j’avais pu participer, comme observateur, à la Grande Conférence organisée par UNISDR a Grand Baie, Maurice en Mai 2005. C’était lui qui m’avait introduit à deux Experts Indonésiens avec qui j’avais pu partager ma façon de Prédire les Catastrophes. Finalement ils m’avaient encouragé de continuer sur ma bonne voie.


J’avais contacté, par téléphone, Monsieur Sok Appadu le matin de la Pluie Torrentielle de 13 Février 2013. Je lui demandais ‘pourquoi le directeur d’alors de Météo-Vacoas, Monsieur DUNPUTH ne comprenait pas le ‘Rainfall Pattern’ que j’avais mentionné dans mon email dix jours d’avance de cette Pluie Extrême? Il m’avait répondu en disant que je devrais expliquer ce dernier. Mais, j’e lui répondais que je l’avais déjà alerté dix jours en avance.


Le directeur le plus dédaignant a été Monsieur DUNPUTH. Avant de prendre l’avion pour ma campagne à Rodrigues, j’avais un face-à face avec lui dans son bureau le 17 Octobre 2012. Tout avait commencé quand j’avais adressé un courriel à lui pour demander la permission d’utiliser l’imagerie Satellitaire de METEOSAT 7 pour ma campagne. Il avait répondu en me disant qu’il me cherchait par téléphone pour clarifier certains points.


Lorsque je l’avais contacté par mon téléphone portable le 17 Octobre, il était furieux envers moi. Il me disait ‘quel campagne allez-vous faire ? C’est nous qui sommes une autorité!’ Il me réprimandait en disant que je le critiquais trop. Moi, qui ne comprenais rien de son attitude négative, je lui avais demandé de  bien vouloir me donner une rencontre pour éclaircir les malentendus. Il était très retissant car il me disait qu’il était en conférence et qu’il ne pourrait pas me recevoir. Finalement, je l’avais convaincu et j’étais dans son bureau en espace d’une demi-heure le 17 Octobre 2012.


J’avais commencé par le rappeler de mes courriels adressés à son prédécesseur Mon. Boodhoo et que je les avais aussi remis. Je lui avais bien expliqué ma façon de faire les prévisions du Temps et du Climat, c’est à dire de complémenter la Connaissance Traditionnelle et aux données Scientifiques. Il m’avait finalement félicité pour ma compréhension des informations Scientifiques. Avant de partir, je l’avais promis qu’un jour je viendrai tout  expliquer à ces prévisionnistes.


Après mon retour de la campagne à Rodrigues, j’avais envoyé à ce monsieur DUNPUTH, une bonne quinzaine de courriels aux moments que des dépressions ou des menaces d’inondations se faisaient sentir. Malheureusement, il n’avait pas compris mon Alerte, dix jours d’avance, concernant La Pluie Torrentielle du 13 Février 2013. C’était à la suite de ça que j’avais parlé à Monsieur Sok Appadu, comme expliqué en haut.


Le moment le plus regrettable fut l’épisode du Méga-Désastre de 30 Mars 2013. J’avais donné l’Alerte encore une fois à Monsieur DUNPUTH le 20 Mars, i.e. dix jours avant, en annonçant une Condition Extrême. Catastrophiquement, il m’avait critiqué dans sa déclaration à  une station de radio privée, en disant que le model qu’il avait reçu le 22 Mars n’était pas convenable. En fait, j’avais mentionné le ‘HEAVY RAINFALLS’. C’était bien le jour qu’il marquait la journée Mondiale de La Météorologie, comme agréée par OMM. En refusant de considérer mon alerte et en me critiquant ouvertement à la radio, il avait Violé les Conventions et Protocoles. A partir de ce moment, j’ai cessé de partager mes informations et Prédictions à Météo-Vacoas.


Je n’ai pas eu aucune rencontre avec Monsieur Beebeejaun, le successeur de DUNPUTH. J’avais écrit au Ministre des Arts et la Culture le 15 Juillet 2013 suggérant que le Radar Météorologique de Trou aux Cerfs ne soit pas démoli, mais soit préservé comme un patrimoine national-un musée scientifique sans précédent, malgré son obsolescence. C’était à ce moment-là que j’avais expédié, par la poste, une copie de la lettre adressée au ministre. Eh bien, il n’avait pas répondu, tout comme ces politiciens amateurs Mauriciens. Je ne lui ai jamais partagé mes connaissances.


 Voir: http://www.kanhye.com/index.php/satellites-radars/19-satellites-radars/5-radar-of-trou-aux-cerfs-a-national-heritage


Mais, le pire de tous est Monsieur Mungra, le directeur actuel. Il faut se référer à mes interactions, depuis presque un an et demi, avec Dr. MUKABANA, Directeur à l’Organisation Météorologique Mondiale de Genève. Je lui avais, à maintes reprises, mentionné les manquements existants, entre autres, dans le Service Météorologique de Maurice. A la suite de ça, M. MUKABANA, m’avait donné des instructions pour aller résoudre tous ces problèmes.


Le parcours de mon ‘Cheval de Bataille’ dans cette direction est comme suit.

La MBC avait annoncé, dans son journal télévisé de la soirée du Vendredi 19 Juin 2015, que le Conseil des Ministres avait approuvé un projet-pilote sur le ‘Early Warning System’ de Météo-Vacoas qui se ferait en collaboration de l’Organisation Météorologique Mondiale.

J’ai contacté Mon. MUKABANA le Lundi 22 Juin pour me renseigner de ce projet. Celui-ci m’a répondu le Vendredi 26 Juin, m’informant qu’il n’y a aucun projet comme mentionné par MBC/Météo-Vacoas. En même temps il m’a encouragé à rencontrer le directeur de Météo-Vacoas, afin de trouver les solutions des manquements que j’avais évoqués.


<< My humble submission to you is to request you to visit the NMHS in Mauritius and liaise with the PR to discuss face-to-face the challenges faced by the department and counter-check the information and services generated against the 10 loopholes. This concrete first step will enable you to  work with the NMHS to find home-grown solutions for national weather-related problems. This is because not everybody visits a website to read good information posted there.>> 


A la suite de cette réponse, j’ai envoyé un courriel le Lundi 29 Juin à monsieur Mungra, lui demandant au moins cinq éclaircissements sur le projet en question. A sa place,  monsieur Heetun, l’adjoint directeur m’a répondu sans donner plus de renseignements.  


[MET/ADM/5785/WEBS/1 V3

From : The Acting Director, Mauritius Meteorological Services

To : Mr. P. Kanhye

Dear Sir,

Your mail dated today refers.

The project is a national project. it aims to enhance the warning system of the meteorological services with the guidance of WMO.

Regards.

B. M. Heetun

for Ag Director.]


J’ai retransmis cette réponse à Dr. MUKABANA le 10 Juillet 2015.  Celui-ci m’a répondu le même jour, en m’informant que: << The "National Project on Early Warning System" at MMS has not been revealed to WMO but we are ready and willing to provide guidance if approached by the PR of Mauritius with WMO.>>


Il a aussi répété les consignes qu’il avait donnés le 26 Juin dernier: <<Lastly, I would like to reiterate my encouragement to you for a continuation of dialogue between yourself and the PR of Mauritius with WMO who is the Director of MMS, despite the challenging situations and circumstances you may sometimes encounter.>> 


A la suite de ces messages du DR. MUKABANA, j’ai envoyé un courriel le 11 Juillet 2015 à monsieur Mungra. N’ayant reçu aucune réponse de monsieur le directeur, j’ai téléphoné à Météo-Vacoas le 16 Juillet. Parce que le directeur était parti pour Port Louis, et que sa secrétaire n’était aussi pas disponible, j’ai dû parler à une autre dame. Celle-ci m’a promise de vérifier à propos de mon courriel adressé au directeur et qu’elle allait me rappeler ensuite. Mais, hélas!


Apres avoir envoyé, de nouveau, un email à monsieur le directeur le 20 Juillet, j’ai pu l’avoir au téléphoné le lendemain. Monsieur Mungra, m’a informé qu’il était en congé et qu’il avait trop à faire. Il m’a donc demandé deux semaines pour discuter les choses. Lorsque je lui ai informé à propos des messages que Dr MUKABANA m’avait donnés, il m’a vite répondu en disant que celui-ci était son professeur à l’université qu’il fréquentait. Comme c’est le folklorique, je n’ai jamais reçu aucune réponse de Mungra, malgré mes appels téléphoniques subséquents. De plus, l’atelier de travail sur le ‘Early Warning System’ a bien eu lieu à Gold Crest Hôtel, Quatre Bornes du 20 au 23 Octobre 2015, sans que Mungra ait pu m’inviter. C’était le silence complet.


Voilà, cher Ambassadeur, mon petit périple dans les efforts de partager mes informations aux ingrats de cette République.   



Ma Sensibilisation auprès de l’OMM et des autres


L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM/WMO) a approuvé plusieurs de mes suggestions.

  1. J’avais alerté l’OMM deux jours avant le Flash Flood du 30 Mars 2013, qu’au moins 17 États Membres de la ‘Région 1 Afrique’ qui ne paraissaient pas offrir les services météorologiques adéquats à leur population respective. J’ai répété ceci à plusieurs reprises auprès de l’OMM et aussi dans les articles de mon site web.  Finalement, l’OMM a identifié 70 de ses 191 pays membres qui ne fonctionnent pas convenablement.
  2. J’ai sensibilisé l’OMM et l’AMCOMET, depuis plus d’une année, qu’il est grand temps d’introduire les Connaissances Traditionnelles et Indigènes, étant complémentaires aux prévisions Scientifique des Calamités. Les instances des Nations Unies, après plusieurs forum et débats, ont finalement donné raison aux droits des peuples autochtones. Le thème de 13 Octobre 2015 ‘Day for Disaster Reduction’ est proclamé comme ‘Knowledge for Life’. Ce thème est appliqué au sens le plus large: les Connaissances Traditionnelles, Indigènes, et Locales, inclus les Pratiques locales.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Le Secrétaire General de l’ONU, son Excellence M.Ban KI Moon, a annoncé: ‘to mark this year's observance of the International Day for Disaster Reduction, celebrated on 13 October and this year dedicated to the power of traditional, indigenous and local knowledge’.                                                                                                                                                          Cette Journée est donc consacrée à la Réduction des Désastres en pratiquant toutes ces connaissances susmentionnées.
  3. Paragragh 24 (i) du Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030, publiée le 18 Mars 2015 va ainsi: ‘Ensure the use of traditional, indigenous and local knowledge and practices, as appropriate, to complement scientific knowledge in disaster risk assessment and the development and implementation of policies, strategies, plans and programmes of specific sectors, with a cross-sectoral approach, which should be tailored to localities and to the context.’
  4. UNISDR cite comme exemple: ‘knowledge of early warning signals in nature can be vital to ensuring early action is taken to mitigate the impact of both slow and fast onset disasters such as droughts, heatwaves, storms and floods. Combined with scientific knowledge such as reports generated by meteorologists, local knowledge is vital for preparedness and can be passed on from generation to generation. New knowledge and coping strategies are being generated all the time as communities in hazard prone locations work out new ways and means to adapt to disaster and climate risk.’
  5. En étant très constant dans mes démarches de sensibilisation, j’ai aussi insisté auprès de l’OMM en la personne de Dr. Mukabana, directeur à l’OMM et aussi à l’AMCOMET, FLDC et LDC pour l’introduction des observations des Nuages à partir du sol. Les Nuages et Météores tiennent beaucoup d’informations que peuvent être décodées, interprétées, encodées et disséminées. Ces données constituent des outils additionnels qui peuvent complémenter la Prévision Scientifique du Temps et des Conditions Climatiques. Donc, les observations des Nuages et des Météores sont des ‘Life-Saving-Tools’ et ont les caractéristiques des Alertes. Evidemment, Dame Nature nous donne des signales pour que nous puissions être conscients des malheurs qui nous guettent. C’est ainsi que nous pouvons être prêts à affronter, à atténuer les impacts probables, et de pouvoir sauver notre vie et celle des autres. J’ai inclus ces idées répétitivement dans plusieurs articles de mon site web.  Monsieur Mukabana de l’OMM m’a constamment donner raison et m’a aussi encouragé dans ce que je proposais pour le bien-être de l’Humanité. Voir les annexes.
  6. L’Organisation Météorologique Mondiale a publié le 11 Juin 2015 que l’OMM à l’intention de réviser les Atlas des Nuages Volumes I et II. Dans son communiqué du 01 Octobre 2015, l’OMM a fait appel: ‘The World Meteorological Organization is calling for the submission of high quality photographs of clouds to feature as “reference images” in the next edition of the International Cloud Atlas.’      


Cette responsabilité été donnée à l’Observatoire de Hong Kong. Evidemment, j’ai l’intention d’y contribuer. J’ai toujours observé la formation et l’évolution des nuages, inclus les forces de la Nature depuis mon enfance. C’est pour cette raison que j’ai toujours fais mes Prédictions des Catastrophes en se servant de mon expérience et en combinant les données scientifiques. Les articles publiés dans mon site web concernant les Cyclones ou les Inondations ou les Précipitations Extrêmes sont toujours accompagnés par des images photographiques des nuages captées bien en avance des évènements Climatiques. Je les identifie et les classifie d’après le ‘International Cloud Atlas’ de L’OMM.


Une de mes dernières réalisations est la publication sur mon site web des CIRRUS, ALTO et CUMULUS qui ont convergés dans le ciel de Maurice du 28 Octobre jusqu’au 11 Novembre. C’est dans cette optique que j’ai pu Prédire l’inondation vécue par les Mauriciens le 05 Novembre dernier.


Les amateurs de Vacoas ont mal calculés l’heure précise de l’occurrence de cet évènement.

Ils avaient bien prévu la présence d’un System Frontal. Ils disaient aussi que les précipitations étaient prévues à partir de 11.00 heures du Jeudi 05 Novembre. En réalité, c’était un Front Froid plus précisément, la température ayant chutée de 2 degrés. Dans ce contexte, ils n’avaient pas compris le coté Scientifique, qui explique, qu’un Front Froid converge plus vite qu’un Front Chaud. De plus, cette vérité était visible à partir du 3.00 heures du matin de ce jour.  S’ils avaient prisent en considération la rapidité de ce Front Froid, ils auraient dû tirer un nouveau Bulletin et donner une Alerte aux autorités.

Madame Dookun-Luchmun, la Ministre de l’Education aurait dû, elle aussi, voir l’imagerie Satellitaire à partir de 3.00 heures du matin. Elle devrait annoncer la fermeture des écoles à partir du 3 heures et non à 7 heures 50, lorsque la plupart des enfants étaient déjà sortis ou déjà dans la cour des écoles. C’est ça le fonctionnement du ‘Early Warning System’. Par contre, j’avais prédit cet évènement à partir de 28 Octobre dernier, en suivant les nuages est aussi les Imageries Satellitaires.


Lire l’article : http://www.kanhye.com/index.php/9-climate-weather/79-flood-storm-92-s-invest-phenomenon-in-south-west-indian-ocean-basin?showall=1&limitstart.   



Dans cette conjoncture, je fais un appel à tous les Services Météorologiques du monde d’avoir recours à ces ‘Life-Saving-Tools’ que nous offre la Nature et qui ne coûtent absolument rien. Certains pays comme la Somalie, le Kenya et la Thaïlande utilisent, dans plusieurs situations, cette ressource aussi connue comme la Connaissance Traditionnelle, Indigène et Locale (TILK). En adoptant et en mettant en pratique cette ressource naturelle la Résilience en face des Calamités devient ainsi une réalité.


Toutes ces reconnaissances aux niveaux internationales me donnent raison de militer pour l’utilisation de ces concepts susmentionnés. Je réalise, donc, mes objectifs constamment et avec succès. Un autre fait très intéressant est que mes Newsletters sont disséminées à 120 Centres Météorologiques de la Planète Bleue, inclus des Scientifiques Internationaux comme OMM, NASA, NOAA et d’autres individus locaux et étrangers.


Météo-France aussi a l’habitude de recevoir mes Newsletters. J’ai souvent fait les éloges de ce centre dans mes articles, en disant qu’il est un modèle de la région, en dépit de quelques manquements. D’ailleurs, l’OMM l’a confié le rôle en tant que le Centre Spécialisé Météorologique Régional (CSMR). Son Responsable Qualité et Communication à l’Ile de La Réunion, Monsieur Philipe Garnier (peut-être un de vos proches?) m’a déjà répondu lorsque j’avais suggéré qu’une Alerte à la Vigilance des Précipitations devrait être émise pour La Réunion le 23 Février 2015.

[Bonjour,
Merci l’intérêt que vous portez à notre site internet qui s’est enrichi depuis quelques mois…Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information.
Cordialement,
Philippe Garnier 


Responsable Qualité et Communication 
Météo-France, Direction Interrégionale pour l'Océan Indien,50 Bd du Chaudron 
97490 Sainte Clotilde, This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. 
 
Unité de Communication de la DIROI, This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.] 



La Commission de l’Océan Indien


Je remets déjà en question la réalisation de la Commission de l’Océan Indien (COI), ainsi que les UNFCCC, PNUD, FMI, BM etc., en ce qui concerne leur rôle dans la construction de la Résilience des Mauriciens. Le Secrétaire Général, Monsieur Jean Claude de L’Estrac était un éminent journaliste, un grand politicien et aussi un citoyen Mauricien à part entière. Il n’a pas répondu suite à mon courriel du 25 Novembre 2013 et aussi de mon Document que je lui ai soumis le 29 Aout 2014 et intituler ‘La Commission de l’Océan Indien et la Gestion des Catastrophes’.


Monsieur François Vuillemin, directeur au Secrétariat de la COI  m’avait répondu par un courriel envoyé par le biais de Madame Isabelle LEBRETON, Assistante Administrative & Financière, Commission de l’Océan Indien le 12 Septembre 2014.


[J’ai lu avec attention le rapport que vous avez fait parvenir au Secrétariat général de la Commission de l’Océan Indien (COI) en date du 29 aout 2014 et je vous remercie de ce partageAfin de vos analyses, je vous encourage à prendre contact avec l’équipe du projet risques naturels et son Unité technique risques basée au sein de la COI. Ils ne manqueront pas de vous tenir informe d’une prochaine réunion de scientifiques sur cette thématique lorsqu’elle sera organisée.]   


J’ai insisté auprès de Monsieur Vuillemin de me donner le contact qu’il avait mentionné. Madame Fanny Lacroix, Coordinatrice, Projet Risques Naturels, COI m’a répondu le 16 Septembre 2014:


[Cher Monsieur,

Je fais suite à votre demande auprès de la Commission de l’océan Indien afin d’organiser une rencontre avec le chef du projet Risques Naturels de la COI, Monsieur Eric Leroi.

Il sera de passage à Maurice à la fin du mois de septembre. Je n’ai malheureusement pas encore les dates précises mais je ne manquerai pas de revenir vers vous dès que j’aurais reçu sa confirmation de mission.


Dans cette attente, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes respectueuses salutations’],

 Votre Excellence, je n’ai jamais reçu aucune correspondance quelconque jusqu’à maintenant. Pourtant, plusieurs rencontres au niveau des experts ont eues lieu à Maurice.  La question qu’on peut se poser: comment les fonds, que AFD débourse, sont utilisés pour, entre autres, construire une Société Mauricienne Résiliente? Qui en profitent? Quels sont les résultats escomptés?


Je peux, à ce stade, dire qu’on devient un champion olympique après être un champion au niveau national. Il n’a pas été à la hauteur en ce qui concerne la gestion des catastrophes naturelles au niveau national, malgré qu’il fût un Décideur Politique et un grand journaliste. En parlant de la convoitise de Monsieur de L’Estrac de la francophonie, il est rentré bredouille!



Les Créanciers d’Outre-Mer


L’Ile Maurice d’une superficie de 1860 km2 avec une population de 1,263 m est parmi les pays les plus denses-639,3 hab./km2. Pays Independent en 1968 et devenu une République en 1992, enregistre une croissance économique autour de 3%. Ceci paraît une économie très fragile. La gérance du pays n’est pas  effectuée qu’avec ses revenus domestiques, ayant une balance de paiement toujours déficitaire. Pour moi, Maurice a toujours sa cage dans les Pays du Tiers Monde, mais avec une expression de bouger vers le haut. On ne peut pas le comparer avec les superpuissances de l’Asie, de l‘Europe, des Amériques ou de l’Afrique. Des recours aux investissements étrangers sont ainsi une routine pour essayer de mettre la machinerie de développement local en bonne marche.


Les projets de développement de grande envergure sont financés par les capitaux étrangers. La France, l’Union Européenne avec ses membres (30+1), la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International, la Chine, l’Inde, l’UNFCC, le PNUD, l’AFD, La Commission de l’Océan Indien-au niveau régional et d’autres pays marquent leur présence géopolitique dans ce processus de développement. Vous savez déjà, Monsieur Ambassadeur, que chaque projet financé par ses organismes d’outre-mer est effectué après que les critères et conditions sont remplis par l’Etat Mauricien. Les fonds sont aussi décaissés au fur et à mesure que les capitaux sont utilisés à bon escient. Il y a aussi un audit et un rapport partiel qui sont effectués pour justifier les déboursements des fonds dans la réalisation constante des projets initialement approuvés.


La construction de l’auto route M1, de Port Louis vers l’aéroport de Plaisance, avait suscité des malversations au niveau de Caudan Water Front après l’Inondation Meurtrière du 30 Mars 2013. J’avais  assisté aux auditions de l’Enquête Judiciaire sur ce drame où des manquements dans la construction de ce tronçon étaient évoqués par les intervenants. La population avait aussi noté ces lacunes- drains mal faits et/ou obstrués, entre autres, causant des inconvénients et occasionnant la vulnérabilité du public. L’effondrement de l’autre tronçon Verdun-Terre Rouge est un autre scandale dans ce secteur de financement étranger.


La question, cher Monsieur Garnier, que j’essaie d’évoquer est: pourquoi les Créanciers n’infligent pas des sanctions ou continuent de décaisser les capitaux malgré des mauvaises gérances?  On sait déjà que des cas de fraudes et de corruptions ont fait surfaces dans le milieu du gouvernement précédent. Vous qui êtes le représentant de La France, êtes mieux placé que les autres pour intervenir auprès des Décideurs Politiques et institutions de Maurice de rectifier le tir. Pourquoi garder le silence en face de la mauvaise gestion des Calamités dans l’ancienne colonie ‘Ile de France’? Vous avez le droit légitime et aussi le droit moral d’intervenir pour redresser ces situations dans lesquelles la population n’est pas protégée et sécurisée. Ne voyez-vous pas que la Résilience de la population est presque nulle?


La France est l’architecte du développement agricole, économique, social, culturel et religieuse de ‘l’ile de France’. Le plus important de tout, c’est que le peuplement de la société Mauricienne était effectué pendant l’Occupation Française de 1715-1810. Le plus grand partenaire du développement de l’Ile est jusqu’à ce jour ce Grand Pays qu’est La France.

En ce qui concerne les financements des projets dans le domaine des Catastrophes Naturelles émanent aussi de La France.  Pendant ce demi-siècle de la Souveraineté de l’Etat Mauricienne, la population locale a vécue plusieurs Cyclones, Inondations, Pluies Torrentielles, Sècheresses, insécurité alimentaire, etc. Maurice a témoigné cinq conditions Météorologiques Extrêmes en cinq ans-de 2008 à 2013: 26 Mars 2008, 13 Février 2013, 30 Mars 2013, 14 Mars 2014 (Rodrigues).


D’un cote, les séquelles de ces évènements malheureux sont toujours ressenties jusqu’à l’heure.  De l’autre côté, la fréquence et l’intensité des Cataclysmes qui nous guettent auront sans doute des impacts très désastreux. Afin de pouvoir atténuer les impacts, la nécessité de construire plusieurs centres de refuge se fait sentir. Mais, le premier pas dans cette direction, doit être l’éducation comme décrite au départ. Il n’est pas nécessaire de financer l’éducation de ce peuple admirable en dépensant des millions d’euros.


Le Service Météorologique de Maurice détient des informations et des données scientifiques quoique médiocres et insuffisantes. Mais, ces ‘Amateurs’ n’ont pas la capacité d’éduquer la population. Leur site web est obsolète et n’a rien comme matière d’éducation dans ce sens. Le ‘Disaster Management Centre’ est dans une situation beaucoup plus inferieure. Les Medias n’ont pas la compétence non plus. 


Mon ‘Cheval de Bataille’ constitue à sensibiliser tout le monde: aux niveaux local, régional et international sur les Catastrophes qui nous guettent de la Terre, de l’Atmosphère, de l’Océan/la Mer. C’est dans cette optique que j’ai l’habitude de lancer mes campagnes. D’ailleurs, j’opère comme une institution malgré des ressources limitées et sans aucun encadrement. J’ai la fierté de vous annoncer, Monsieur Ambassadeur, que j’ai déjà franchi plus de la moitié de mon parcours, surtout sur le plan international. Ma destination n’est pas loin car je pilote très bien mon ‘Cheval de Bataille’.


C’est dans ce contexte que j’avais proposé, à maintes reprises, aux anciens Décideurs Politiques et je continue de le faire auprès des dirigeants présents, de me donner l’occasion de servir mon pays. Mais, ils sont devenus sourds, muets et aussi aveugles.



Si J’étais un Créancier ou Gérant des Fonds


Si j’étais un Créancier ou le Gérant d’un Fond de Financement pour des projets, j’aurai fait différemment. Permettez-moi de donner un exemple: disons, un projet de ‘Capacity Building in Disaster Management’.


 Mon procédé serait comme suit et j’aurai:

  • choisi une salle de conférence pourvue d’outils essentiels- l’électricité, sonorisation, projecteur, tables et chaises, etc., mais sans tapis rouge;
  • rassemblé tous les participants: Décideurs Politiques (Gouvernement, l’Opposition et Speaker), Présidente de République, Vice-Présidente, les ‘pseudo-conseillers’, conseillers municipales et villageois, tous les représentants du Disaster Management Centre, des institutions, mon. De L’Estrac, la MBC (inclus Ashok Beeharry), les radios privées, ONG, sociétés religieuses, société civile, hommes et femmes, étudiants-petits et grands, observateurs, etc.;
  • choisi un thème; disons ‘Les différences entre un Cyclone et un Anticyclone, leurs impacts’ et
  • demandé chacun d’entre eux de faire une petite présentation sur ‘Power Point’ animée.


Mon Cher Excellence, c’est à partir de là, que les ‘pots-aux-épines’ seraient découverts, sauf quelques pétales roses asséchées.  A savoir:

  1. Combien d’entre eux ont cette connaissance?
  2. la capacité de faire une présentation viendrait à qui?
  3. Qui ont un PC? La plupart des fonctionnaires offrent un ordinateur à leurs enfants, sans en avoir un pour usage personnel;
  4. Qui sont ceux qui ont une adresse courriel?
  5. Qui sont ceux qui savent surfer sur internet et lire un document de plusieurs pages?
  6. Combien de ces participants savent allumer un ordinateur? 


Croyez-moi, tout ceci résume une des raisons pour lesquelles les citoyens de ce ‘Tigre de l’Océan Indien’ n’arrivent pas à construire la Résilience et à confronter des Cataclysmes. Les Serviteurs de cette République, qui gagnent leur ‘pain princier’ grâce aux contributions du peuple, n’offrent  pas leur service honnêtement. Ils ne peuvent pas partager ce qu’ils ont appris, car ils n’ont pas compris, malgré leurs participations aux conférences, ateliers de travails, symposiums et forums, etc. durant toute une décennie ou plus. Ces messieurs et dames qui se déplacent dans leur grosse voiture et qui apparaissent bien vêtus, sont des incapables, sauf quelques-uns/unes. D’ailleurs ce sont les mêmes têtes qui participent.

La question est comme suite: pourquoi aucun d’entre eux n’a pas pu prévoir ou prédit le Flash Flood du 30 Mars2013 et les autres? Un individu pourrait répondre en disant que les prévisionnistes de Météo-Vacoas, qui ont toutes les ressources nécessaires, sont mieux placés que tous pour faire les prévisions du temps.


 Cette réponse anticipée a deux volets :

Primo-ceci prouve que les prévisionnistes n’ont pas les compétences, donc les erreurs continuent. Secundo-ceci illustre que le Climat et la Météorologie sont des affaires qui ne concernent pas aux autres, mais concernent seulement Météo-Vacoas.


Vous devez remarquer, Votre Excellence, que toutes ces mobilisations organisées pour la construction d’une Société Résiliente tombent à l’eau. En d’autres mots les euros, dollars et roupies profitent à qui? Quels sont les résultats escomptés?


Quant à moi, je répondrais la même question, en disant que:

  • Premièrement, les problèmes de la Météorologie, du Climat et  des autres Calamités concernent toute la population et
  • Deuxièmement, les Services Météorologiques ne doivent pas dépendre que des Technologies Scientifiques. Ils doivent aussi adopter les Connaissances Traditionnelles, Indigènes et les Pratiques Locales comme mentionnées en haut. En d’autres mots, tout ceci serait une des façons de dynamiser, de professionnaliser et d’Innover Météo-Vacoas.   


Si j’étais un Créancier ou un Responsable des Fonds, je continuerais cet exercice dans les 250 localités de Maurice, inclus Rodrigues, Agaléga et St. Brandon.



La Conclusion


Je considère cet Evènement Climatique Extrême de 30 Mars 2013 comme le premier Méga-Désastre que Maurice a vécu depuis son peuplement. La perte des vies a augmenté de 275% par rapport à quatre (4) le 26 Mars 2008 et à onze (11) le 30 Mars 2013, en espace de 5 ans. Des dizaines de maisons, de bâtiments et d’infrastructures publiques ont été endommagés à travers le pays surtout à Canal Dyot; au moins 300 véhicules ont subis la perte totale (d’après une source); des tonnes de plantations et cultures vivrières ont été détruites, etc. Malheureusement, ni Météo-Vacoas ni le ‘Disaster Management Centre’ ne font un bilan après le passage des Catastrophes. L’amateurisme prévale toujours.    


Le 30 Mars 2013 était un Samedi et j’étais chez moi en train d’écouter aux radios et de regarder la MBC télévision (qui était en retard de 1 heure 30 minutes). Deux larmes avaient coulées de mes yeux ce   jour-là: la première était que c’étaient des innocents qui perdaient leur vie, dont un ami, dans le parking souterrain de Harbour Front et la deuxième était que personne ne m’avait écouté. Hélas!


Arrivé à cette conjoncture, je n’hésite pas de lancer un défi à Monsieur Mungra et son équipe de Vacoas; au Ministre Dayal, son Disaster Mangement Centre et tout équipage de son ministère; aux 69 membres de l’Assemblée Nationale, au Secrétaire Général de la COI, à Ashok Beeharry, aux paparazzi- journaux et radios privées, aux ONG, etc. qui dira mieux?

Je conclu en disant que ces Décideurs Politiques de la République de Maurice sont ‘barbares’ et restent ‘Immatures, Irresponsables et Illettrés’ dans la Gestion des Cataclysmes.


En même temps, je profite de remercier:

  • EUMETSAT 7/DWD- L’Union Européenne/ Le Service Météorologique de L’Allemagne pour m’autoriser l’utilisation de l’Imagerie Satellitaire de METEOSAT 7;
  • NASA, mon partenaire le plus privilégié en informations, des données scientifiques et des imageries Satellitaires, 2-3 fois par semaine;
  • NOAA/NWS/CPC/US pour imageries Satellitaires, informations et données scientifiques;
  • METEO-FRANCE-REUNION pour imageries Radars, informations et données scientifiques;
  • NRL/US pour informations et données scientifiques;
  • JTWC (Hawaï) pour imageries Satellitaire, informations et données scientifiques;
  • JAXA (Japon) pour informations et données scientifiques;
  • OMM (Genève) pour conseils, instructions, informations et données scientifiques; 
  • BOM (Australie) pour informations et données scientifiques;
  • SAWS (Afrique du Sud) pour informations et données scientifiques; 
  • METEO-MADAGASCAR pour informations;
  • AMCOMET/OMM pour informations;
  • GDACS/UN/EC pour alertes, informations et données scientifiques;
  • CSEM pour informations et données scientifiques et sismologiques;
  • PTWC pour alertes Tsunami, informations et données scientifiques;
  • UN (New York) pour les douzaines de messages journaliers et informations;
  • MMS (Vacoas) pour imageries Satellitaire, cartes synoptiques, informations et données scientifiques et les autres.


Votre Excellence, en vous racontant toutes ces choses, je ne prétends pas tout connaitre. D’ailleurs, j’ai la culture de continuer d’apprendre jusqu’à la fin des jours. J’aime partager le petit bout que je connais en tant qu’un Patriote et un Citoyen Responsable. Ceci peut aider pour le bien-être des autres. D’ailleurs, j’ai au moins sept documents Scientifiques à être considérés, approuvés et disséminées par l’OMM et l’IPCC. Le Dr. MUKABANA m’a déjà donné le feu vert. Je compte faire mon petit pas dans cette direction bientôt. 

Ce document est le fruit de mes labeurs et d’après moi c’est le dernier que je compte partager. Plus jamais je le ferai aux autorités Mauriciennes car elles ne respectent pas mon ‘Cheval de Bataille’.


Laissez-moi, Cher Ambassadeur, vous informer à part de ce que je vous ai raconté dans ce document, que je suis aussi passionné de l’Histoire, de l’Archéologie et de l’Exploration de l’Espace, entre autres.


Afin de marquer le tricentenaire de la présence Française à ‘l’Ile de France’, je dis ceci: je considère le  Gouverneur Mahé de Labourdonnais (1735-1746) comme le seule PLUS GRAND HOMME D’ETAT, qui ait foulé la terre de l’Ile Maurice jusqu’à maintenant. Il disait à La Compagnie Française des Indes ‘qu’il réussirait où les autres avaient failli.’ Il avait réussi grâce à toutes ses prouesses. C’était ça son EXCELLENCE et donc un modèle à suivre, malgré les ramifications du system d’esclavage.


Je condamne aussi toutes les formes de violence, inclut l’attentat terroriste du Vendredi 13 Novembre 2015 à Paris, entre autres.


Je fais un pressant appel à vous, Votre Excellence, de bien vouloir me donner un rendez-vous pour discuter et d’éclaircir mes points de vus susmentionnés.    


En attendant votre réponse, je vous remercie de m’avoir écouté.

Satellite Animation